2012 09 river 364867 pixabayLa présence de près de 60 substances (métaux, pesticides, produits pharmaceutiques, hormones, antibiotiques, tensio-actifs, produits chimiques industriels,...) a été testée par le Joint research center de la Commission européenne dans 122 rivières et 164 points d'eau souterraine.
Résultat : 60% des rivières et 25% des eaux souterraines étudiées cumulaient l'ensemble des 60 substances.


Dans les rivières, on trouve principalement un tensio-actif (l'acide nonylphenoxyacetique), un anti-corrosif (le benzotriazole) et un antiépileptique (le carbamazepine).

Dans les eaux souterraines, ce sont un antalgique (l'ibuprofen), un antibiotique (le sulfamethoxazole) et un herbicide (l'isoproturon) qui arrivent en tête.

Source :
Rapport de l'European Environment Agency (AEE) Hazardous substances in Europe's fresh and marine waters - technical report 8/2011.

 

 

Qu’est-ce que l’écologie scientifique ?

Comme toute science, l’écologie scientifique a le monde qu’elle prétend étudier qui lui colle à la peau. Cela n’invalide pas la scientificité de l’écologie mais, au contraire, confirme que l’écologie scientifique n’est pas différente des autres activités scientifiques. L'écologue doit assumer le fait que les interactions du monde vivant qu’il étudie sont elles-mêmes en interaction avec d’autres sphères, qu’elles soient éthique, politique ou citoyenne.

logo sciences critiques à lire sur sciences-critiques.fr