Dans une publication en date du 15 mai 2018 (dans les Archives de pédiatrie), des chercheurs de l'INSERM alertent sur la pollution aux particules fines.

Les risques de naissances d’enfants accusant un retard de croissance sont pour partie liés à cette pollution atmosphérique.
Et cela a déjà des répercussions sur la santé des futures générations... avec - à ce jour - un coût de 1,2 milliard d’euros par "année de naissance" !



Etude épidémiologique

Les chercheurs de l’équipe INSERM d’épidémiologie des maladies allergiques et respiratoires (EPAR) ont analysé les données sur les risques de naissances d’enfants accusant un retard de croissance liés à la pollution atmosphérique.

Car - s'il est établi que la pollution a des conséquences sur la santé des individus - les femmes enceintes y sont particulièrement vulnérables et l'exposition à la pollution lors de la grossesse peut entrainer des retards de croissance intra-utérine.

En France métropolitaine, en 2012, 2,3% d’enfants sont nés avec un poids à la naissance inférieur à 2,5 kg bien qu'étant arrivés à terme (on parle d'hypotrophie).

2018 05 pollution bebes person 789663 pixabayEt les chercheurs estiment que pour la moitié d'entres eux, cela était du à l’exposition de la mère aux particules atmosphériques (PM2,5) pendant la grossesse.

Or l'hypotrophie des 8 300 nouveaux-nés ainsi recensés entraîne par la suite de nombreuses conséquences sur le développement avec, pour certains enfants, un important retard de développement intellectuel.

L’équipe de chercheurs s’est donc aussi intéressée aux coûts associés à la prise en charge de l’hypotrophie.


Un coût à l'échelle d'une vie

2018 05 pollution bebes baby 2739294 pixabayDans un premier temps, il faut compter le montant de la prise en charge à la maternité de l’hypotrophie à la naissance : les chercheurs l’ont estimée à 25 millions d’euros.
Ce à quoi il faut ajouter qu’un quart de ces enfants hypotrophes aura des retards moteurs ou intellectuels de développement.
La prise en charge de ces enfants sur l’ensemble de leur vie coûte donc 1,2 milliard d’euros pour les naissances d'une année.

Et, à ce jour, si les implications médicales sont supportées par l'ensemble de la société - les pouvoirs publics finançant les structures de soin et la prise en charge médicale - il reste des coûts complémentaires à l'entière charge des familles, individuellement, puisque ces enfants peuvent impliquer ensuite garde à domicile, absentéisme parental, besoin d'éducation spécialisée,…


Des solutions ?

2018 05 pollution bebes woman 1246318 pixabay

En première "action d'urgence", les chercheurs proposent de mettre en place des mesures de santé publique pour protéger les femmes enceintes (et leurs futurs enfants !) en les informant et en leur recommandant de limiter leur exposition aux particules fines lors de pics de pollution....

Mais cette étude tire un nouveau signal d'alarme :
il est grand temps de mettre en place de vraies politiques d’amélioration de la qualité de l’air !


En attendant...

2018 05 pollution bebes carte prevair PM2 5

Les indices de pollution de l'air sont un reflet de l'ensemble des polluants au niveau du sol.
Mais ils peuvent être consultés, polluant par polluant, chaque jour sur des sites d'observation (et de prévision) comme :

 

Sources :

Pollution atmosphérique en France, un impact sur la santé du fœtus et un coût de 1.2 milliard d’euros pour la société

Publication Archives de Pédiatrie - Volume 25, Issue 4, May 2018, Pages 256-262
Cost of hypertrophy due to intrauterine growth restriction attributable to air pollution in France
(Coûts de l’hypotrophie par retard de la croissance intra-utérine (RCIU) attribuable à la pollution atmosphérique en France)

 

Vous cherchez une info précise ?

Les dernières vidéos

  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
  • Quand la surpêche, les poissons coulent

    Quand la surpêche, les poissons coulent

    Les poissons sont de plus en plus nombreux dans nos assiettes et de moins en moins dans les mers et les océans du globe. Petit tour d'horizon d'une expansion qui a transformé en 60 ans la pêche "au gros" pour devenir la pêche "EN gros".

Les derniers livres chroniqués

  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).
  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.