Les subventions aux voitures de société accordées dans les 27 pays de l'OCDE + l'Afrique du Sud représentent 26,8 milliards d'euros de manque à gagner en 2012.
Les seules subventions aux voitures de fonction pèsent donc près de 150 milliards d'euros puisque cette sous-imposition aggrave aussi la pollution atmosphérique locale, les rejets de gaz à effet de serre, les embouteillages, les accidents de la route et les troubles de santé pour un coût estimé à 116 milliards d'euros.


L'Organisation de Coopération et de Développement Économiques a publié un rapport répertoriant les avantages fiscaux accordés par les états aux voitures de fonction et l'impact néfaste de ces dispositions fiscales sur la santé et l'environnement en raison de l'utilisation du diesel.
Or les voitures de fonctions diesel représentent 12% du parc automobile de l'Union européenne et un quart des nouvelles immatriculations (~50% des nouvelles immatriculations qui, sont à ~55% des motorisations diesel).

Outre le coût (direct et induit) de 150 milliards d'euros, l'OCDE souligne que 33 des 34 pays de l'OCDE taxent moins le gazole que l’essence et que les véhicules diesel sont majoritaires dans 23 pays. Or les transports représentent ~25% des émissions de carbone dans la plupart des pays de l’OCDE et sont une des principales causes de pollution atmosphérique.

Il est également établi depuis longtemps que les véhicules roulant au gazole sont plus nuisibles à la santé et à l'environnement que ceux roulant à l'essence :

  • + 18% de carbone par litre par rapport à l'essence
  • rejets additionnels de polluants atmosphériques plus nocifs (composés carbonés, particules fines,...)

Après l'achat d'un véhicule diesel par sa société, le bénéficiaire d’un véhicule de société roule jusqu’à 3 fois plus que le propriétaire d’une voiture particulière, du fait des diverses incitations fiscales (prix à la pompe et allègements fiscaux pour l'usage d'un véhicule de société).

Face à ces subventions contraires aux efforts mis en place par ailleurs pour lutter contre la pollution atmosphérique, l’OCDE demande aux pouvoirs publics de cesser de subventionner les véhicules de société et de supprimer progressivement l’avantage fiscal en faveur du gazole.

Source
OCDE : Under-taxing the benefits of company cars (Avantage fiscal en faveur des véhicules de société)
OCDE : The Diesel Differential (Différentiel "gazole")

 

Vous cherchez une info précise ?

Les dernières vidéos

  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
  • Quand la surpêche, les poissons coulent

    Quand la surpêche, les poissons coulent

    Les poissons sont de plus en plus nombreux dans nos assiettes et de moins en moins dans les mers et les océans du globe. Petit tour d'horizon d'une expansion qui a transformé en 60 ans la pêche "au gros" pour devenir la pêche "EN gros".

Les derniers livres chroniqués

  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.
  • Révolutions animales, ou comment les animaux sont devenus intelligents  (ouvrage collectif)

    Révolutions animales, ou comment les animaux sont devenus intelligents (ouvrage collectif)

    Comment la science a-t-elle établi que les animaux sont sensibles, mais aussi capables d'intelligence, d'émotion, de créativité, de joie, d'empathie ? Quelles certitudes avons-nous à ce jour ? Et puisque la frontière entre humains et autres animaux devient plus floue, comment envisager de nouveaux rapports avec eux ? Ce livre événement répond à la somme des questions scientifiques mais aussi politiques, juridiques et sociales que les découvertes récentes ont fait naître.
Qu’est-ce que l’écologie scientifique ?

Comme toute science, l’écologie scientifique a le monde qu’elle prétend étudier qui lui colle à la peau. Cela n’invalide pas la scientificité de l’écologie mais, au contraire, confirme que l’écologie scientifique n’est pas différente des autres activités scientifiques. L'écologue doit assumer le fait que les interactions du monde vivant qu’il étudie sont elles-mêmes en interaction avec d’autres sphères, qu’elles soient éthique, politique ou citoyenne.

logo sciences critiques à lire sur sciences-critiques.fr