Les animaux s'expriment. Mais sommes-nous, nous humains, capables de distinguer un message d'inconfort d'un message de satifaction ? Et le niveau d'intensité de cette émotion ?
Une étude à laquelle participer ne serait-ce que par curiosité... mais surtout parce que ça aidera ces chercheurs à se faire une idée de nos capacités à "décoder" ce que veulent nous dire les animaux !


Les chercheurs de l'unité d'éthologie de l'ETH (Eidgenössische Technische Hochschule) de Zürich (www.aw.ias.ethz.ch) ont mis au point questionnaire contenant des enregistrements audio de cris de différents animaux, ainsi que des voix humaines.

Ce que veulent savoir les chercheurs en vous donnant à entendre ces vocalises d'animaux est que vous leur disiez si vous y entendez une valence positive ("content") ou négative ("pas content") et si vous y décryptez une intensité (un peu ou très content par exemple).

Sous forme de QCM (questions à choix multiples), il vous est demandé au fil des questions - en une dizaine de minutes - de donner votre "intime conviction".

A part les vocalises que l'on vous demande de "traduire", les chercheurs ont fait le reste du boulot... et vous proposent le questionnaire en 8 langues humaines (français, allemand, anglais, hébreu, espagnol, italien portuguais et néerlandais).

2016 11 27 eth animaux Lien vers le "sondage" (~15 minutes)

Qu’est-ce que l’écologie scientifique ?

Comme toute science, l’écologie scientifique a le monde qu’elle prétend étudier qui lui colle à la peau. Cela n’invalide pas la scientificité de l’écologie mais, au contraire, confirme que l’écologie scientifique n’est pas différente des autres activités scientifiques. L'écologue doit assumer le fait que les interactions du monde vivant qu’il étudie sont elles-mêmes en interaction avec d’autres sphères, qu’elles soient éthique, politique ou citoyenne.

logo sciences critiques à lire sur sciences-critiques.fr