Pour estimer le futur climat terrestre, il faut utiliser des simulations.

Que signifient les différents scénarios utilisés ?
Et pourquoi cite-t-on toujours l'année 2100 ?

Décryptage et correspondance avec les élévations moyennes de température auxquels ils correspondent.


Qui étudie l'évolution du climat ?

Le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) ou IPPC en anglais (Intergovernmental Panel on Climate Change) est une structure internationale, créée en 1988 par le Programme environnement des Nations unies (UNEP - United Nations Environment Programme) et l'Organisation mondiale du climat ( WMO - World Meteorological Organization).

Son rôle est de fournir des études scientifiques sur les effets environnementaux et socio-économiques du dérèglement climatique.

195 pays et des milliers de scientifiques participent à ces travaux, mis à disposition du public et des dirigeants qui doivent trouver des accords internationaux pour limiter la casse.

Avec quels outils ?

Les mesures (températures, énergie solaire reçue, présence de différents gaz dans l'atmosphère terrestre,...) des bases de données mondiales permettent un état des lieux, depuis le 18e siècle pour les températures, plus récemment pour certaines mesures fines.

Les scénarios RCP (Representative Concentration Pathway) sont des scénarios liés à l'évolution de la concentration en gaz à effet de serre.

Ils permettent d'estimer le climat futur selon quatre scénarios différents.

Chacun est nommé d'après l'augmentation de la puissance lumineuse reçue par la Terre pour l'année 2100, par rapport aux années 60.

- le scénario RCP2.6 suppose ainsi qu'elle aura augmenté de 2,6 W/m2, ce qui représente une diminution drastique de nos émissions actuelles.
On estime que ce scénario mène à une élévation globale moyenne de la température de 2°C

- le scénario RCP8.5 suppose ainsi qu'elle aura augmenté de 8,5 W/m2., ce qui représente une augmentation de nos émissions actuelles
On estime que ce scénario mène à une élévation globale moyenne de la température de 4°C

- deux scénarios intermédiaires RCP4.5 et RCP6 (respectivement +4,5 et +6 W/m2) représentent deux niveaux de relative stabilisation de nos émissions actuelles
On estime que ces scénarios mènent à des élévations globales moyennes de la température de 2,7°C et 3,5°C respectivement

2016 06 GIEC

Schéma adapté - source du schéma initial : 5e rapport du Giec, publié en 2013

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).
  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.

Les dernières vidéos

  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
  • Quand la surpêche, les poissons coulent

    Quand la surpêche, les poissons coulent

    Les poissons sont de plus en plus nombreux dans nos assiettes et de moins en moins dans les mers et les océans du globe. Petit tour d'horizon d'une expansion qui a transformé en 60 ans la pêche "au gros" pour devenir la pêche "EN gros".
Créer de nouvelles routes peut créer plus de bouchons

Les embouteillages sont un véritable fléau pour nos métropoles modernes. Ils ont un coût exorbitant, pour l'environnement et en temps de travail perdu. Une étude du cabinet britannique CEBR estimait qu'en 2013, en France, ce coût à 3,88 milliards d’euros. Créer de nouvelles routes ou élargir les routes existantes paraît une solution "logique" mais l’expérience a montré qu'augmenter la capacité du réseau routier peut conduire à plus d’embouteillages : c’est le fameux paradoxe de Braess.

logo breves de maths à lire sur breves-de-maths.fr