Un rapport publié en décembre 2012 disqualifie la politique énergétique misant sur la biomasse forestière pour produire de l'électricité. Incapables de mobiliser de nouvelles ressources en bois-énergie, les grandes centrales à biomasse fragilisent les filières existantes. Le rapport pointe en revanche le succès des filières locales.

logo novethic à lire sur novethic.fr

Documents à l'appui, des opposants à Notre-Dame-des-Landes montrent que trop d'avions survolent Nantes. Certains y voient même la preuve d'un complot pour la construction d'un nouvel aéroport. Terra eco a vérifié.

logo terraeco à lire sur terraeco.net

Cela ne vous surprend pas, vous, un travail qui représente 160 % du temps total de travail rémunéré et qui n’est évalué qu’à 33 % du PIB ? Cet écart inouï entre les 33 % et les 160 % laisse entendre qu’une heure de travail domestique produit en moyenne une « valeur » près de 5 fois moindre qu’une heure de travail rémunéré dans la « vraie » économie.

logo blog jean gadrey AEà lire sur le blog de Jean Gadré (Alternatives économiques)

Sous couvert de lutte contre l’obésité, une taxe « Nutella » devrait permettre de réduire nos importations d'huile de palme. Mais la culture de cette huile contribue aussi à la déforestation dans les pays du Sud-Est asiatique, et notamment l’Indonésie.

logo reporterreà lire sur reporterre.net

Qu’est-ce que l’écologie scientifique ?

Comme toute science, l’écologie scientifique a le monde qu’elle prétend étudier qui lui colle à la peau. Cela n’invalide pas la scientificité de l’écologie mais, au contraire, confirme que l’écologie scientifique n’est pas différente des autres activités scientifiques. L'écologue doit assumer le fait que les interactions du monde vivant qu’il étudie sont elles-mêmes en interaction avec d’autres sphères, qu’elles soient éthique, politique ou citoyenne.

logo sciences critiques à lire sur sciences-critiques.fr