Infos sourcées - "santé globale" : environnement, biodiversité, climat, santés humaine et animale

36 000. C’est le nombre de cochons que l’investisseur néerlandais Harry van Gennip veut élever dans un ancien kolkhoze situé dans l’ex-RDA. Loin d’être un précédent, ce projet d’étable géante vient s’ajouter aux nombreuses fermes industrielles d’élevage de porcs et de volailles qui ont déjà vu le jour en Allemagne. La méga-étable de trop ? L’exaspération enfle dans le pays et nourrit un mouvement de contestation fédéré autour d’un mot d’ordre : "On en a ras le bol".

logo novethic à lire sur novethic.fr

Sciences participatives

Infos "repères"

Infos en cartes

Infos en vidéo

Livres

A lire ailleurs

Créer de nouvelles routes peut créer plus de bouchons

Les embouteillages sont un véritable fléau pour nos métropoles modernes. Ils ont un coût exorbitant, pour l'environnement et en temps de travail perdu. Une étude du cabinet britannique CEBR estimait qu'en 2013, en France, ce coût à 3,88 milliards d’euros. Créer de nouvelles routes ou élargir les routes existantes paraît une solution "logique" mais l’expérience a montré qu'augmenter la capacité du réseau routier peut conduire à plus d’embouteillages : c’est le fameux paradoxe de Braess.

logo breves de maths à lire sur breves-de-maths.fr

More articles [EN]

Think twice about roof racks: added items cost you as much as +25% in gas

england 150397 pixabay mini While you get ready to hit the road this summer, think twice before hitching a roof racks to your car: added items cost you as much as 25% more in gas! In US, the increasing usage of roof racks (+200% in 2040) may turn into a real concern: they already are responsible for almost 1% of fuel consumption.
Lawrence Berkeley National Laboratory researcher Alan Meier and Yuche Chen of the National Renewable Energy Laboratory have estimated the fuel consumption penalty of roof racks.

Lire la suite...

A lire ailleurs

Aux sources du scandale UraMin

Les étranges affaires d’Areva en Afrique. Championne mondiale du nucléaire, Areva peine à sortir de la tourmente. Aux inquiétudes sur l’avenir de la filière depuis l’accident de Fukushima s’ajoutent les retards des réacteurs de troisième génération en Finlande et à Flamanville. Mais, surtout, l’entreprise publique française est mise en cause pour des investissements suspects dans trois gisements d’uranium africains.

logo monde diplo à lire sur monde-diplomatique.fr