2012 03 worker 668572 pixabayEn 2010, le secteur du BTP est le second consommateur européen de plastiques avec 20,6 % de la consommation globale en Europe.
Il a utilisé 9,54 millions de tonnes de plastiques et produit 1,4 million de tonnes de déchets en Europe, soit 5,5 % des déchets plastiques en Europe.
L'Association européenne des producteurs de matières plastiques, PlasticsEurope, présente son bilan 2010.


Ces déchets ont été valorisés à 56,2% (+4,3% par rapport à 2009) en Europe :

  • 20 % par recyclage mécanique (broyage puis réutilisation pour fabriquer de nouvelles pièces)
    soit 273 000 tonnes
  • 36,2% par valorisation énergétique (incinération), avec de fortes disparités en terme de récupération, de recyclage et de valorisation énergétique en fonction des pays.

Les plastiques sont de plus en plus utilisés dans le secteur du bâtiment et de la construction, sur une gamme de plus en plus large d'application (revêtements de murs et de sols, plafonds tendus, canalisations, tubes, raccords, châssis de fenêtres,...) pour - selon l'association des producteurs - leur résistance à la corrosion, leur durabilité, leur isolation, leur faible coût et l'esthétique de leur finition. Le PVC (chlorure de polyvinyle) est la matière la plus utilisée avec le polyéthylène (PE).

2012 03 dechets plastiques BTP taux pays

L'étude pointe d'importantes disparités d'un pays à l'autre entre les taux de valorisation.
8 pays récupèrent plus de 80% des déchets plastiques du bâtiment et de la construction : Autriche, Belgique, Danemark, Allemagne, Pays-Bas, Suisse et Suède. 6 pays ne récupèrent pas ces déchets et 3 autres en récupèrent moins de 5%.

Bonne élève, l'Allemagne valorise 96% de ces déchets (69,3% énergétiquement ; 26,5% par recyclage).

L'Italie et l'Espagne mettent en décharge plus de 80 % de ces déchets et n'ont recyclé que 12,5 % et 16,5 % respectivement. Le Royaume-Uni recycle 31,6 % des déchets récupérés mais en met 67,1% en décharge (peu de recours à la valorisation énergétique Outre-Manche qui s'établit à seulement 1,3% alors que la moyenne européenne est de 36,2 %. 

En France, 40,7 % des déchets plastiques du secteur ont été mis en décharge en 2010 (moins que la moyenne européenne de 43,8 %), 16,1 % des déchets ont été recyclés (moins que la moyenne européenne de 20%) et 43,2% ont été valorisés énergétiquement (7% de plus que la moyenne) et 40,7 % mis en décharge.
Le Grenelle de l'environnement prévoit pourtant de réduire de 15 % d'ici à 2012 les déchets enfouis ou incinérés et de porter à 70 % le taux de réemploi, recyclage et valorisation matière pour les déchets non dangereux du BTP d'ici à 2020 : il y a du chemin à faire en matière des déchets plastiques du secteur.

Source :
Association européenne des producteurs de matières plastiques PlasticsEurope.
Etude comparative sur la valorisation des déchets plastiques du bâtiment en 2010 dans les 27 états membres de l'Union européenne (UE) ainsi qu'en Norvège et en Suisse.

 

Vous cherchez une info précise ?

Les dernières vidéos

  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
  • Quand la surpêche, les poissons coulent

    Quand la surpêche, les poissons coulent

    Les poissons sont de plus en plus nombreux dans nos assiettes et de moins en moins dans les mers et les océans du globe. Petit tour d'horizon d'une expansion qui a transformé en 60 ans la pêche "au gros" pour devenir la pêche "EN gros".

Les derniers livres chroniqués

  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.
  • Révolutions animales, ou comment les animaux sont devenus intelligents  (ouvrage collectif)

    Révolutions animales, ou comment les animaux sont devenus intelligents (ouvrage collectif)

    Comment la science a-t-elle établi que les animaux sont sensibles, mais aussi capables d'intelligence, d'émotion, de créativité, de joie, d'empathie ? Quelles certitudes avons-nous à ce jour ? Et puisque la frontière entre humains et autres animaux devient plus floue, comment envisager de nouveaux rapports avec eux ? Ce livre événement répond à la somme des questions scientifiques mais aussi politiques, juridiques et sociales que les découvertes récentes ont fait naître.
Qu’est-ce que l’écologie scientifique ?

Comme toute science, l’écologie scientifique a le monde qu’elle prétend étudier qui lui colle à la peau. Cela n’invalide pas la scientificité de l’écologie mais, au contraire, confirme que l’écologie scientifique n’est pas différente des autres activités scientifiques. L'écologue doit assumer le fait que les interactions du monde vivant qu’il étudie sont elles-mêmes en interaction avec d’autres sphères, qu’elles soient éthique, politique ou citoyenne.

logo sciences critiques à lire sur sciences-critiques.fr