Cela n'était pas arrivé depuis longtemps : une nouvelle race de grand singe a été recensée, l'orang-outan Tapanuli, une espèce différente des orangs-outans de Bornéo et des orangs-outans de Sumatra connus jusqu'à présent.

800 Tapanuli vivent au nord-ouest de l'île de Sumatra et sont - eux aussi - menacés par le braconnage et la diminution de la surface de la forêt où ils vivent.


 

Ces grands singes (Pongo Tapanuli) sont donc la huitième espèce d'Hominidés dont fait partie l'être humain, les bonobos (Pan paniscus), les gorilles (Gorilla gorilla et Gorilla beringei), les chimpanzés (Pan troglodytes), les orangs-outans de Bornéo (Pongo pygmaeus) et les orangs-outans de Sumatra (Pongo abelii).

Si les Tapanuli n'ont été identifiés que récemment, c'est que - contrairement aux autres orangs-outans qui vivent dans des zones marécageuses plutôt accessibles - eux vivent dans des forêts montagneuses dont l'accès n'est pas très facile, près du lac Toba, dans la forêt de Batang Toru.

2017 11 25 new orangutan carte1 2017 11 25 new orangutan carte2

 

Ils se reconnaissent des autres orangs-outans (nom qui veut dire "homme de la forêt" en langue locale) par leur poil crépu, des femelles barbues et des mâles dominants moustachus. Mais, ils ont surtout des gènes très distincts de tous les autres, ce qui fait d'eux une espèce à part entière.

Le nombre de Tapanuli, estimé à 800 individus, est faible et leur survie menacée par le braconnage et la disparition progressive de la forêt où ils habitent (entre 1985 et 2007, la surface de la forêt de Sumatra a été réduite de 60%).

Le fait qu'ils soient identifiés comme une espèce à part entière n'est pas un détail : ils pourront ainsi ainsi être protégés, en tant qu'espèce menacée !

 

Source :
Publication "Morphometric, Behavioral, and Genomic Evidence for a New Orangutan Species" - Alexander Nater & al. - Current Biology, 27 - 22, November 2017
DOI: 10.1016/j.cub.2017.11.020

Vidéo : www.cell.com/cms/attachment/2115898936/2084875547/mmc3.mp4

Current Biology 27-22 (accès payant) 

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • 50 idées fausses sur les amphibiens

    50 idées fausses sur les amphibiens

    Que la grenouille n'est pas la femelle du crapaud et que celui-ci ne se transformera jamais en Prince charmant, vous le saviez vraisemblablement... Mais connaissez-vous toutes les légendes qui circulent sur les amphibiens que sont crapauds, grenouilles, salamandres, tritons, basilics, sirènes,... ? Et - surtout - connaissez-vous vraiment ces animaux très discrets ? A travers plusieurs dizaines d'idées fausses à "démonter" sur ces animaux, ce livre magnifiquement illustré par des photos de l'auteur invite à découvrir ces vertébrés aux confins des milieux aérien et aquatique, fascinants de diversité et particularités.
  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !

Les dernières vidéos

  • Climate Action Tracker (octobre 2020)

    Climate Action Tracker (octobre 2020)

    En novembre 2015, 197 pays se sont réunis à Paris et sont convenus de poursuivre les efforts pour circonscrire la hausse de la température sur notre planète à 1,5 degré Celsius. Le « Climate Action Tracker » surveille la progression vers les engagements de 36 pays, responsables d'environ 80% des émissions mondiales des gaz à effet de serre aujourd'hui. Les nouvelles sont mauvaises : les émissions continuent d'augmenter et ont déjà réchauffé la planète de 1,1 degré Celsius. En cause : l'ambition initiale très insuffisante et - en plus - un retard considérable par rapport à ces engagements peu ambitieux !
  • Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    87% des scientifiques pensent que les humains contribuent au changement climatique... mais seulement 50% du public ! Cela amène une question : "qu'est-ce qui définit la perception que l'on a de la science ?" Le météorologiste J. Marshall Shepherd y répond en faisant le lien avec les systèmes de croyance et préjugés. Les trois principaux : le biais de confirmation, l'effet Dunning-Kruger et la dissonance cognitive. A écouter pour comprendre comment nous déformons - tous ! - nos propres raisonnements.