2011 03 PNAS 2050 water shortageDans 40 ans, plus d'un milliard d'êtres humains manqueront d'eau, sous l'effet conjugué du changement climatique et de l'urbanisation.
Ce seront la moitié de la population mondiale et la moitié du PIB mondial qui souffriront de la pénurie d'eau (si la gestion de l'eau n'est pas améliorée d'ici là). L'impact économique de cette catastrophe annoncée sera-t-il l'argument convaincant pour que la gestion de l'eau devienne la préoccupation de tous ?


2011 03 PNAS 2050 water shortageL'étude "Urban growth, climate change, and freshwater availability" (urbanisation, changement climatique et accès à l'eau) publiée par PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences) propose des prévisions démographiques et hydrologiques, ainsi que des scénarios de changement climatique. Dans les villes, ce sont déjà actuellement 150 millions de gens qui manquent d'eau (moins de 100 litres par personne et par jour).

D'ici 2050, les villes compteront près de 3 milliards d'habitants supplémentaires. Ce seront donc plus d'un milliard d'êtres humains qui seront en pénurie d'eau, sous l'effet conjugué du changement climatique et de l'urbanisation. Dans les zones impactées, la population de poissons sera naturellement affectée par cette pénurie d'eau, avec des conséquences graves pour les habitants dans plusieurs régions.

Source : Etude Urban growth, climate change, and freshwater availability (PDF, en anglais) pdf button

 

2011 03 Veolia IFPRI water 2050

Le rapport "Without sustainability, 'severe' water scarcity by 2050" est réalisé par Veolia Water (filiale du groupe français à Chicago, spécialisée dans les services de traitement de l'eau et des eaux usées) et l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (International Food Policy Research Institute, IFPRI).
Il dresse un bilan à l'horizon 2050 pour quatre stratégies possibles d'ici là et souligne que la pénurie d'eau est un problème environnement et économique actuel.

En Chine et en Inde, la pénurie d'eau commence déjà à menacer dangereusement la croissance : plus de 1,4 milliard d'individus vivent déjà dans des zones à stress hydrique élevé dans ces deux pays.
Sans modification de la gestion de l'eau, d'ici 2050, ce sont 45% du PIB mondial (63 milliards de dollars) qui seront concernés et 52% de la population mondiale (4,8 milliards d'individus) qui vivront dans des zones touchées par le manque d'eau.

La préservation de l'eau est donc de plus en plus une décision économique, même pour les entreprises qui ne s'en occupent pas directement, ce qui devrait donc enfin toucher une corde sensible !

Source : Rapport Without sustainability, 'severe' water scarcity by 2050 (PDF, en anglais) pdf button

 


A lire aussi : Disponibilité d'eau : les différents seuils (m3/habitant/an)


 

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).
  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.

Les dernières vidéos

  • Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff sur les risques du réchauffement climatique, en 1979 dans "les dossiers de l'écran" (archive INA).
  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr