2012 03 Jim Zachos copyright Ira BlockSelon une étude dirigée par la paléo-océanographe Bärbel Hönisch (Université de Colombia), les océans de la planète s'acidifient à un rythme sans précédent sous l'effet des émissions anthropiques croissantes de gaz carbonique.

Le niveau d'acidité des océans atteint un niveau sans précédent depuis 300 millions d'années et menace l'ensemble de la vie marine.


Au cours du dernier siècle, le CO2 a augmenté de 30 % dans l'atmosphère pour atteindre 393 parts par million (ppm) et le pH des océans a diminué de 0,1 à 8,1, signe d'une plus grande acidité.

Cette évolution - 10 fois plus rapide que celle enregistrée au cours des derniers 56 millions d'années ! - pourrait encore diminuer ce pH de 0,3 unité d'ici la fin de ce siècle pour s'établir autour de 7,8.

"Un tel niveau d'acidification risque d'entraîner dans les océans des bouleversements équivalents à ceux observés durant le pic thermique qui a marqué la transition du Paléocène à l'Eocène, il y a 56 millions d'années", avertit Bärbel Hönisch : à cette époque, suite au doublement du niveau de CO2 dans l'atmosphère, la température moyenne de la planète avait augmenté de 6°C en 5 000 ans, ce qui avait notamment entraîné une montée sans précédent du niveau général des mers et une disparition d'environ 10 % des espèces marines au cours des 20 000 années suivantes.

Cet épisode catastrophique a pu être reconstitué il y a une vingtaine d'années grâce à l'analyse des sédiments récupérés au fond de l'océan dans l'Antarctique.

Nous avons à présent la preuve que dans le passé l'acidification des océans produite par un accroissement brutal du niveau de CO2 atmosphérique provenant de gigantesques éruptions volcaniques a profondément perturbé le biosystème marin, provoquant une extinction de nombreuses espèces et l'apparition de nouvelles formes de vie, souligne Bärbel Hönisch qui poursuit "Si les émissions humaines de CO2 se poursuivent au rythme actuel nous risquons la disparition définitive d'organismes marins majeurs, comme les récifs coralliens, les huîtres et les saumons."

Ces craintes sont déjà confirmées par une étude publiée dans la revue Nature en 2011 qui montre qu'une hausse de l'acidité océanique (avec une diminution du pH à 7,8) dans les récifs coralliens proches de la Papouasie Nouvelle Guinée, a entraîné une diminution de plus de 40 % de la masse de ces coraux.

Ce phénomène est le résultat d'une absorption trop rapide du CO2 dans l'océan qui réduit considérablement la formation de carbonate utilisé par les coraux pour développer les récifs mais également par  les mollusques et certains planctons pour leur coquillage.

Cette perturbation majeure du cycle du carbone entraîne notamment une dissolution des coquilles de phytoplancton dont les résidus se déposent sur les fonds marins et détruisent les foraminifères (des protozoaires marins entourés d'une capsule calcaire).

Au final, c'est donc l'ensemble du cycle biologique marin qui est perturbé et affecté de manière irréversible.

Source 
Université de Columbia

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !
  • Comprendre les plantes et les arbres

    Comprendre les plantes et les arbres

    Vous êtes vous déjà demandé comment fonctionnent les plantes et les arbres ? Vous devriez, c'est fascinant ! Et c'est justement ce que propose de découvrir ce très beau livre, richement illustré de photos et de croquis, sous forme d'un voyage "à l'intérieur des plantes".En faisant le tour de leurs différentes parties (feuilles, troncs, racines, graines, fruits,...) et de leur "co-habitation" avec l'Homme, l'univers de diversité que vous découvrirez vous passionnera d'autant plus en sachant que les plantes qui nous entourent aujourd'hui descendent toutes de simples algues apparues il y a plus de 500 millions d'années.

Les dernières vidéos

  • Climate Action Tracker (octobre 2020)

    Climate Action Tracker (octobre 2020)

    En novembre 2015, 197 pays se sont réunis à Paris et sont convenus de poursuivre les efforts pour circonscrire la hausse de la température sur notre planète à 1,5 degré Celsius. Le « Climate Action Tracker » surveille la progression vers les engagements de 36 pays, responsables d'environ 80% des émissions mondiales des gaz à effet de serre aujourd'hui. Les nouvelles sont mauvaises : les émissions continuent d'augmenter et ont déjà réchauffé la planète de 1,1 degré Celsius. En cause : l'ambition initiale très insuffisante et - en plus - un retard considérable par rapport à ces engagements peu ambitieux !
  • Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    87% des scientifiques pensent que les humains contribuent au changement climatique... mais seulement 50% du public ! Cela amène une question : "qu'est-ce qui définit la perception que l'on a de la science ?" Le météorologiste J. Marshall Shepherd y répond en faisant le lien avec les systèmes de croyance et préjugés. Les trois principaux : le biais de confirmation, l'effet Dunning-Kruger et la dissonance cognitive. A écouter pour comprendre comment nous déformons - tous ! - nos propres raisonnements.