Trop inertes ou trop pessimistes, les chercheurs en biodiversité et conservation de la nature ?
C’est le procès qui leur est souvent fait pour "justifier" que nous serions insouciants ou apeurés à agir pour l'environnement, malgré leurs travaux.
Pourtant, une étude à paraître pointe les vraies responsabilités : les scientifiques fournissent analyses et propositions… mais les décisions qui sont prises n’en tiennent pas compte !


 

En étudiant les 12 971 articles scientifiques parus dans les principales revues dédiées aux sciences de la conservation ces quinze dernières, deux chercheurs du CNRS ont voulu comprendre pourquoi la biodiversité reste menacée malgré les travaux de spécialistes de l’environnement partout dans le monde…

2018 09 10 conservation book 863418 pixabay 640Le résultat confirme ce dont chacun est convaincu « sans preuve tangible » jusqu’à présent : des informations fiables sur la situation et sur ce qu’il faudrait faire pour protéger la nature sont données par les scientifiques depuis des décennies…
mais les politiques, eux, cherchent toujours à prendre des décisions qui favorisent les activités humaines, même si c’est au détriment de l’environnement.

On sait depuis 40 ans

Ainsi, c’est bien une somme de près de 13 000 articles de recherche qui ont été publiés ces 15 dernières années pour présenter les états des milieux naturels et des populations, identifier les menaces qui pèsent sur eux, proposer des solutions et des suivis d’évaluation des politiques de conservation.

2018 09 10 conservation angel 1623316 pixabayPire, cela fait 40 ans que ces écrits rendent publiques les quatre principales menaces qui pèsent encore aujourd’hui sur la biodiversité : sur-exploiter les ressources (surchasse ou surpêche, par exemple), fragmenter l’habitat des espèces, introduire des espèces invasives...
et observer sans réagir les extinctions en chaîne qui peuvent découler des trois premiers facteurs !

Aujourd’hui – faute d’avoir agi là aussi – s’ajoutent les dérèglements climatiques qui accentuent encore plus les déséquilibres des milieux naturels.

Une situation qui s’emballe, partout

Et n’allez pas croire que les études et les alertes lancées relèvent d’un « luxe lointain »...

2018 09 10 conservation vw 2122580 pixabay 640Dans leur majorité, elles ne concernent pas de petites fleurs de la forêt amazonienne ou des papillons rarissimes en Asie, mais portent sur les écosystèmes européens.
Comme la mise en évidence de la chute des populations d’oiseaux dans les campagnes françaises ou du nombre d’insectes en Europe de l’Ouest (fait déjà noté par les automobilistes aux pare-brise intacts malgré 500 km de trajet)...

Et pourtant...

2018 09 10 conservation wolf 1336229 pixabayQuand ses alertes sont écoutées, la recherche en conservation porte ses fruits, avec une nette amélioration de situations de crise grâce à des mesures de protection et de simple « laisser faire la nature » pour le retour spontané d’espèces comme le loup en Europe.

Les sciences de la conservation ne sont donc ni pessimistes, ni optimistes, mais réalistes.

2018 09 10 conservation ball 665090 pixabay 640Selon les chercheurs, les propositions de solutions durables et compatibles avec les activités humaines ne manquent pas.

Le frein majeur réside dans la demande de compromis toujours plus favorables à l’exploitation plutôt qu’à la conservation, malgré des recommandations scientifiques habituellement plutôt prudentes, voire timides...

 

2018 09 10 tortue CNRS C Thomas vignaud La tortue verte Chelonia mydas est un exemple positif de conservation active : après sa protection et l’arrêt de son commerce, les pontes sur l’île de l’Ascension – le plus grand site de ponte de l’espèce de l’Atlantique Sud – ont été 6 fois plus nombreuses en 2013 qu’en 1977.

©Thomas VIGNAUD - CNRS

 

Source :

 Publication What conservation does de L. Godet et V. Devictor, parue dans Trends in Ecology and Evolution le 10 septembre 2018

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).
  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.

Les dernières vidéos

  • Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff sur les risques du réchauffement climatique, en 1979 dans "les dossiers de l'écran" (archive INA).
  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr