Infos sourcées - "santé globale" : environnement, biodiversité, climat, santés humaine et animale

En 2013, plus de 600 catastrophes naturelles ont entraîné des mouvements importants de population : 22 millions de personnes ont du abandonner leur habitation d'après le dernier rapport de l'IDMC (Internal Displacement Monitoring Center).
87% des déplacés vivent en Asie, mais aucun continent n'est épargné. Et la tendance globale est très clairement à une hausse importante des déplacements induits par des événements climatiques majeurs.


 

Inondations, glissements de terrain, feux de forêt, typhons, séismes,... parmi les 600 catastrophes naturelles recensées, 37 ont forcé plus de 100 000 personnes à quitter leur maison et devenir des déplacés (les déplacés restent dans leur pays, contrairement aux réfugiés qui quittent leur pays).
L'Asie a été la plus concernée - comme les années précédentes - puisqu'on y trouve 87 % des déplacés, soit 19 millions de personnes.

On se souvient notamment des typhons Haiyan aux Philippines (plus 4 millions de déplacés) et Man-yi au Japon (260 000 déplacés). Mais les pays occidentaux sont aussi touchés : 218 500 Américains ont du fuir les tornades en Oklahoma, à l'instar de 120 000 Canadiens, 52 550 Allemands et 7 000 Français qui ont dû fuir une catastrophe naturelle en 2013.

2014 09 17 IDMC  refugies climatiques world map 2013

2014 10 27 IDMC tendance deplacementsLe nombre de personnes exposées aux catastrophes naturelles a plus que doublé en 40 ans. 88 pays ont du faire face à des déplacements de plus de 10 000 personnes sur les 6 années 2008 à 2013.

Il faut y voir deux aspects.
L’augmentation de la population et sa concentration dans les villes exposent à une catastrophe naturelle de plus en plus de personnes.
La mise en place de systèmes d’alerte et d’évacuation d’urgence augmentent les déplacements (mais aussi la survie !) des populations menacées par des événements climatiques majeurs.

Par ailleurs, une analyse géographique ne portant que sur le nombre de personnes serait biaisée : lorsqu'une catastrophe touche une petite île ou des pays peu peuplés (en Afrique par exemple), la proportion d'habitants déplacés est souvent très élevée.
Ainsi, relativement aux populations, les inondations saisonnières ont provoqué des déplacements très importants en Afrique sub-saharienne - notamment au Niger, au Tchad, au Soudan et au Sud-Soudan - rendant très vulnérables ces populations déjà menacées par des conflits et la sécheresse.

Il faut également tenir compte de la fréquence des catastrophes qui empêchent une reconstruction satisfaisante des habitats et infrastructures entre deux évènements (notamment dans les pays en voie de développement).

Source
Rapport 2014 de l’Internal Displacement Monitoring Center (IDMC) (en anglais)
(L’IDMC publie un rapport sur les déplacés à cause des catastrophes naturelles tous les 5 ans)

Sciences participatives

Infos "repères"

Infos en cartes

Infos en vidéo

Livres

A lire ailleurs

Gaz de schiste, un non-sens économique

Depuis cet été, des experts mettent sérieusement en doute le bien-fondé économique de la fracturation hydraulique. «La production des puits décline si rapidement aux Etats-Unis qu’ils ne seront jamais rentables», dit l’expert Tim Morgan dans un article intitulé «Gaz de schiste, la bulle internet de notre temps», paru le 4 août dans le Telegraph. Responsable global de la recherche chez le courtier en énergie Tullett Prebon jusqu’en 2013, il estime que la fracturation, ou fracking, est une absurdité économique.

logo bilan à lire sur bilan.ch

More articles [EN]

Under-taxing company cars cost 150 billions Euros a year

2014 10 balance subv pollution autoengland 150397 pixabay mini Lower rates applied by governments to company cars and diesel fuel in the 27 OECD countries & South Africa were a EUR 26.8 billion of foregone tax revenues in 2012.

But under-taxing of company cars in OECD means an overall cost much higher : an additionnal cost of EUR 150 billions follow from the increase of air pollution, carbon emissions, traffic congestions, road accidents and health ailments (EUR 116 billions additionnal annual cost).

Lire la suite...

A lire ailleurs

Créer de nouvelles routes peut créer plus de bouchons

Les embouteillages sont un véritable fléau pour nos métropoles modernes. Ils ont un coût exorbitant, pour l'environnement et en temps de travail perdu. Une étude du cabinet britannique CEBR estimait qu'en 2013, en France, ce coût à 3,88 milliards d’euros. Créer de nouvelles routes ou élargir les routes existantes paraît une solution "logique" mais l’expérience a montré qu'augmenter la capacité du réseau routier peut conduire à plus d’embouteillages : c’est le fameux paradoxe de Braess.

logo breves de maths à lire sur breves-de-maths.fr