En 2013, plus de 600 catastrophes naturelles ont entraîné des mouvements importants de population : 22 millions de personnes ont du abandonner leur habitation d'après le dernier rapport de l'IDMC (Internal Displacement Monitoring Center).
87% des déplacés vivent en Asie, mais aucun continent n'est épargné. Et la tendance globale est très clairement à une hausse importante des déplacements induits par des événements climatiques majeurs.


 

Inondations, glissements de terrain, feux de forêt, typhons, séismes,... parmi les 600 catastrophes naturelles recensées, 37 ont forcé plus de 100 000 personnes à quitter leur maison et devenir des déplacés (les déplacés restent dans leur pays, contrairement aux réfugiés qui quittent leur pays).
L'Asie a été la plus concernée - comme les années précédentes - puisqu'on y trouve 87 % des déplacés, soit 19 millions de personnes.

On se souvient notamment des typhons Haiyan aux Philippines (plus 4 millions de déplacés) et Man-yi au Japon (260 000 déplacés). Mais les pays occidentaux sont aussi touchés : 218 500 Américains ont du fuir les tornades en Oklahoma, à l'instar de 120 000 Canadiens, 52 550 Allemands et 7 000 Français qui ont dû fuir une catastrophe naturelle en 2013.

2014 09 17 IDMC  refugies climatiques world map 2013

2014 10 27 IDMC tendance deplacementsLe nombre de personnes exposées aux catastrophes naturelles a plus que doublé en 40 ans. 88 pays ont du faire face à des déplacements de plus de 10 000 personnes sur les 6 années 2008 à 2013.

Il faut y voir deux aspects.
L’augmentation de la population et sa concentration dans les villes exposent à une catastrophe naturelle de plus en plus de personnes.
La mise en place de systèmes d’alerte et d’évacuation d’urgence augmentent les déplacements (mais aussi la survie !) des populations menacées par des événements climatiques majeurs.

Par ailleurs, une analyse géographique ne portant que sur le nombre de personnes serait biaisée : lorsqu'une catastrophe touche une petite île ou des pays peu peuplés (en Afrique par exemple), la proportion d'habitants déplacés est souvent très élevée.
Ainsi, relativement aux populations, les inondations saisonnières ont provoqué des déplacements très importants en Afrique sub-saharienne - notamment au Niger, au Tchad, au Soudan et au Sud-Soudan - rendant très vulnérables ces populations déjà menacées par des conflits et la sécheresse.

Il faut également tenir compte de la fréquence des catastrophes qui empêchent une reconstruction satisfaisante des habitats et infrastructures entre deux évènements (notamment dans les pays en voie de développement).

Source
Rapport 2014 de l’Internal Displacement Monitoring Center (IDMC) (en anglais)
(L’IDMC publie un rapport sur les déplacés à cause des catastrophes naturelles tous les 5 ans)

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).
  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.

Les dernières vidéos

  • Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff sur les risques du réchauffement climatique, en 1979 dans "les dossiers de l'écran" (archive INA).
  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr