En 2013, plus de 600 catastrophes naturelles ont entraîné des mouvements importants de population : 22 millions de personnes ont du abandonner leur habitation d'après le dernier rapport de l'IDMC (Internal Displacement Monitoring Center).
87% des déplacés vivent en Asie, mais aucun continent n'est épargné. Et la tendance globale est très clairement à une hausse importante des déplacements induits par des événements climatiques majeurs.


 

Inondations, glissements de terrain, feux de forêt, typhons, séismes,... parmi les 600 catastrophes naturelles recensées, 37 ont forcé plus de 100 000 personnes à quitter leur maison et devenir des déplacés (les déplacés restent dans leur pays, contrairement aux réfugiés qui quittent leur pays).
L'Asie a été la plus concernée - comme les années précédentes - puisqu'on y trouve 87 % des déplacés, soit 19 millions de personnes.

On se souvient notamment des typhons Haiyan aux Philippines (plus 4 millions de déplacés) et Man-yi au Japon (260 000 déplacés). Mais les pays occidentaux sont aussi touchés : 218 500 Américains ont du fuir les tornades en Oklahoma, à l'instar de 120 000 Canadiens, 52 550 Allemands et 7 000 Français qui ont dû fuir une catastrophe naturelle en 2013.

2014 09 17 IDMC  refugies climatiques world map 2013

2014 10 27 IDMC tendance deplacementsLe nombre de personnes exposées aux catastrophes naturelles a plus que doublé en 40 ans. 88 pays ont du faire face à des déplacements de plus de 10 000 personnes sur les 6 années 2008 à 2013.

Il faut y voir deux aspects.
L’augmentation de la population et sa concentration dans les villes exposent à une catastrophe naturelle de plus en plus de personnes.
La mise en place de systèmes d’alerte et d’évacuation d’urgence augmentent les déplacements (mais aussi la survie !) des populations menacées par des événements climatiques majeurs.

Par ailleurs, une analyse géographique ne portant que sur le nombre de personnes serait biaisée : lorsqu'une catastrophe touche une petite île ou des pays peu peuplés (en Afrique par exemple), la proportion d'habitants déplacés est souvent très élevée.
Ainsi, relativement aux populations, les inondations saisonnières ont provoqué des déplacements très importants en Afrique sub-saharienne - notamment au Niger, au Tchad, au Soudan et au Sud-Soudan - rendant très vulnérables ces populations déjà menacées par des conflits et la sécheresse.

Il faut également tenir compte de la fréquence des catastrophes qui empêchent une reconstruction satisfaisante des habitats et infrastructures entre deux évènements (notamment dans les pays en voie de développement).

Source
Rapport 2014 de l’Internal Displacement Monitoring Center (IDMC) (en anglais)
(L’IDMC publie un rapport sur les déplacés à cause des catastrophes naturelles tous les 5 ans)

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !
  • Comprendre les plantes et les arbres

    Comprendre les plantes et les arbres

    Vous êtes vous déjà demandé comment fonctionnent les plantes et les arbres ? Vous devriez, c'est fascinant ! Et c'est justement ce que propose de découvrir ce très beau livre, richement illustré de photos et de croquis, sous forme d'un voyage "à l'intérieur des plantes".En faisant le tour de leurs différentes parties (feuilles, troncs, racines, graines, fruits,...) et de leur "co-habitation" avec l'Homme, l'univers de diversité que vous découvrirez vous passionnera d'autant plus en sachant que les plantes qui nous entourent aujourd'hui descendent toutes de simples algues apparues il y a plus de 500 millions d'années.

Les dernières vidéos

  • Climate Action Tracker (octobre 2020)

    Climate Action Tracker (octobre 2020)

    En novembre 2015, 197 pays se sont réunis à Paris et sont convenus de poursuivre les efforts pour circonscrire la hausse de la température sur notre planète à 1,5 degré Celsius. Le « Climate Action Tracker » surveille la progression vers les engagements de 36 pays, responsables d'environ 80% des émissions mondiales des gaz à effet de serre aujourd'hui. Les nouvelles sont mauvaises : les émissions continuent d'augmenter et ont déjà réchauffé la planète de 1,1 degré Celsius. En cause : l'ambition initiale très insuffisante et - en plus - un retard considérable par rapport à ces engagements peu ambitieux !
  • Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    87% des scientifiques pensent que les humains contribuent au changement climatique... mais seulement 50% du public ! Cela amène une question : "qu'est-ce qui définit la perception que l'on a de la science ?" Le météorologiste J. Marshall Shepherd y répond en faisant le lien avec les systèmes de croyance et préjugés. Les trois principaux : le biais de confirmation, l'effet Dunning-Kruger et la dissonance cognitive. A écouter pour comprendre comment nous déformons - tous ! - nos propres raisonnements.