Infos sourcées - "santé globale" : environnement, biodiversité, climat, santés humaine et animale

Moins célèbre que le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) n'en est pas moins un gaz à effet de serre très dévastateur : malgré une durée de vie assez courte (entre 7 et 11 ans), il a un impact très important sur le réchauffement climatique.
Et sa présence a déjà plus que doublé depuis 1750, date de référence pré-industrielle.

 

Le méthane

Le méthane est composé d'un atome de carbone et de 4 atomes d'hydrogène.
C'est l'hydrocarbure le plus simple, le premier terme de la famille des alcanes.
Il est gazeux à température et pression ambiantes (~20°C, 1 atm).

Sa combustion dans le dioxygène pur produit du dioxyde de carbone CO2 et de l'eau H2O avec une libération d'énergie (d'où son utilisation comme carburant) :
CH4 + 2 O2 → CO2 + 2 H2O + 891 kJ mol−1.

Origine et localisation terrestre

Des micro-organismes (les archées dites méthanogènes) produisent de façon anaérobie, c'est-à-dire en absence d'oxygène, pratiquement tout le méthane gardé dans les terrains sédimentaires, sous forme de gaz naturel.
Du méthane est également produit sous forme d'hydrates de méthane dans les dorsales océaniques d'où il s'échappe puis est oxydé dans l'atmosphère.

Mais du méthane est également produit, en surface par les activités humaines dès lors que de la matière organique fermente en absence d'oxygène (décharges publiques, estuaires pollués, rizières,... ainsi que dans les estomacs des ruminants). 

Un tiers (34%) du méthane terrestre est ainsi produit par des micro-organismes qui convertissent la matière organique en CH4 en absence d'oxygène. Un deuxième tiers (34%) provient des zones inondées (marécages et lacs) et des pergélisols (permafrost en anglais). Les deux autres sources de méthane sont pour 27% liés à l’exploitation et l’utilisation des combustibles fossiles et pour 5% aux feux de forêts et à l’utilisation de biocarburants.

2019 03 03 methane cycle FR
Répartis en flux d'origines humaine ou naturelle, il apparaît clairement que la proportion de méthane d'origine humaine alourdit gravement les flux vers l'atmosphère et que les puits ne suffisent de ce fait plus à absorber tout le méthane atmosphérique : chaque année, 10 millions de tonnes sont désormais excédentaires, s'accumulant ainsi dans l'atmosphère.

Proportion dans l'atmosphère terrestre

Le méthane est naturellement présent dans l'atmosphère terrestre. Mais les apports anthropiques (dus aux activités humaines) ont plus que doublé sa concentration depuis la révolution industrielle.
Elle atteignait 1 748 ppb (ppb = parties par milliard) en 1998.
Après une période de stabilisation à ~1 774 ppm, de 1999 à 2006, sa concentration a augmenté rapidement à partir de 2007.
En 2016, elle atteignait 1 853 ppb (+ 257 % par rapport au niveau préindustriel)
En 2018, son niveau était de 1 860 ppb.

Présent en quantité moindre que le CO2 dans l'atmosphère, le méthane a néanmoins un effet dévastateur 20 à 28 plus important sur une durée de cent ans (ce paramètre est appelé Global Warming Potential GWP-100).
La durée de vie du méthane atmosphérique est de 7 à 11 ans. A lui seul, il est responsable de 20% du réchauffement climatique global du aux différents gaz à effet de serre.

Son pouvoir de nuisance est augmenté par deux faits : il contribue à produire, par réactions chimiques, de l'ozone dans la troposphère et de la vapeur d'eau dans la stratosphère ce qui augmente le réchauffement global. Ainsi, sur un horizon de 100 ans, relâcher une certaine quantité de méthane dans l'atmosphère a un effet sur le réchauffement climatique environ 9 fois plus important que de brûler cette même quantité de méthane en dioxyde de carbone (CO2).

Evolution de la concentration atmosphérique en CH4 et objectifs climats

2019 03 03 methane observations projections FR

Ainsi que le montre ce graphique, les quantités de méthane effectivement présentes dans l'atmosphère (courbe noire "observations") s'inscrivent entre le scénario "+2,0 à +3,7°C" et le scénario "+3,2 à +5,4°C" concernant le réchauffement climatique !

Sciences participatives

Infos "repères"

Infos en cartes

Infos en vidéo

Livres

A lire ailleurs

Le jeu trouble de Stéphane Le Foll sur les pesticides

Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, a mis tout son poids dans la balance pour que l'usage des insecticides ne baisse pas trop en France : il s’est adressé aux députés lundi, dans une lettre argumentée, pour les inciter à ne pas se prononcer en faveur d’une interdiction simple et totale. La missive, datée du 11 mars et que Le Monde s’est procurée, s’apparente à un procédé pour le moins inhabituel. Et une démarche qui va à l'encontre de ce que conseillent scientifiques et observateurs de la biodiversité.

logo lemonde frà lire sur LeMonde.fr

More articles [EN]

The wet desert

2016 11 06 the wet desert video

england 150397 pixabay mini "Somewhere here, a landscape has been lost...". In UK, landscapes such as the Highlands of Scotland, The Lake District and Dartmoor are symbols of wilderness. However, these places have been farmed, mined and inhabited by people for millennia. In hidden corners of the moor, relics of its past cling on relics that point to the bizarre fact that when humans first arrived here, these open landscapes were temperate rainforests.

2016 11 06 the wet desert video


A lire ailleurs

Les grands singes menacés par la culture de l’huile de palme

La destruction des forêts tropicales en Asie du sud-est, et de plus en plus en Afrique, pour faciliter la culture de l’huile de palme représente une « menace directe » à la survie des grands singes comme l’orang-outang.
Or l’usage de l’huile de palme – dérivée du fruit du palmier à huile – a explosé ces dernières années : cette huile est devenue un ingrédient-clé de beaucoup de produits quotidiens comme le rouge à lèvres, les nouilles instantanées, le shampooing, encore la crème glacée,...

logo magazine goodplanet infoà lire sur goodplanet.info