Moins célèbre que le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) n'en est pas moins un gaz à effet de serre très dévastateur : malgré une durée de vie assez courte (entre 7 et 11 ans), il a un impact très important sur le réchauffement climatique.
Et sa présence a déjà plus que doublé depuis 1750, date de référence pré-industrielle.

 

Le méthane

Le méthane est composé d'un atome de carbone et de 4 atomes d'hydrogène.
C'est l'hydrocarbure le plus simple, le premier terme de la famille des alcanes.
Il est gazeux à température et pression ambiantes (~20°C, 1 atm).

Sa combustion dans le dioxygène pur produit du dioxyde de carbone CO2 et de l'eau H2O avec une libération d'énergie (d'où son utilisation comme carburant) :
CH4 + 2 O2 → CO2 + 2 H2O + 891 kJ mol−1.

Origine et localisation terrestre

Des micro-organismes (les archées dites méthanogènes) produisent de façon anaérobie, c'est-à-dire en absence d'oxygène, pratiquement tout le méthane gardé dans les terrains sédimentaires, sous forme de gaz naturel.
Du méthane est également produit sous forme d'hydrates de méthane dans les dorsales océaniques d'où il s'échappe puis est oxydé dans l'atmosphère.

Mais du méthane est également produit, en surface par les activités humaines dès lors que de la matière organique fermente en absence d'oxygène (décharges publiques, estuaires pollués, rizières,... ainsi que dans les estomacs des ruminants). 

Un tiers (34%) du méthane terrestre est ainsi produit par des micro-organismes qui convertissent la matière organique en CH4 en absence d'oxygène. Un deuxième tiers (34%) provient des zones inondées (marécages et lacs) et des pergélisols (permafrost en anglais). Les deux autres sources de méthane sont pour 27% liés à l’exploitation et l’utilisation des combustibles fossiles et pour 5% aux feux de forêts et à l’utilisation de biocarburants.

2019 03 03 methane cycle FR
Répartis en flux d'origines humaine ou naturelle, il apparaît clairement que la proportion de méthane d'origine humaine alourdit gravement les flux vers l'atmosphère et que les puits ne suffisent de ce fait plus à absorber tout le méthane atmosphérique : chaque année, 10 millions de tonnes sont désormais excédentaires, s'accumulant ainsi dans l'atmosphère.

Proportion dans l'atmosphère terrestre

Le méthane est naturellement présent dans l'atmosphère terrestre. Mais les apports anthropiques (dus aux activités humaines) ont plus que doublé sa concentration depuis la révolution industrielle.
Elle atteignait 1 748 ppb (ppb = parties par milliard) en 1998.
Après une période de stabilisation à ~1 774 ppm, de 1999 à 2006, sa concentration a augmenté rapidement à partir de 2007.
En 2016, elle atteignait 1 853 ppb (+ 257 % par rapport au niveau préindustriel)
En 2018, son niveau était de 1 860 ppb.

Présent en quantité moindre que le CO2 dans l'atmosphère, le méthane a néanmoins un effet dévastateur 20 à 28 plus important sur une durée de cent ans (ce paramètre est appelé Global Warming Potential GWP-100).
La durée de vie du méthane atmosphérique est de 7 à 11 ans. A lui seul, il est responsable de 20% du réchauffement climatique global du aux différents gaz à effet de serre.

Son pouvoir de nuisance est augmenté par deux faits : il contribue à produire, par réactions chimiques, de l'ozone dans la troposphère et de la vapeur d'eau dans la stratosphère ce qui augmente le réchauffement global. Ainsi, sur un horizon de 100 ans, relâcher une certaine quantité de méthane dans l'atmosphère a un effet sur le réchauffement climatique environ 9 fois plus important que de brûler cette même quantité de méthane en dioxyde de carbone (CO2).

Evolution de la concentration atmosphérique en CH4 et objectifs climats

2019 03 03 methane observations projections FR

Ainsi que le montre ce graphique, les quantités de méthane effectivement présentes dans l'atmosphère (courbe noire "observations") s'inscrivent entre le scénario "+2,0 à +3,7°C" et le scénario "+3,2 à +5,4°C" concernant le réchauffement climatique !

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • 50 idées fausses sur les amphibiens

    50 idées fausses sur les amphibiens

    Que la grenouille n'est pas la femelle du crapaud et que celui-ci ne se transformera jamais en Prince charmant, vous le saviez vraisemblablement... Mais connaissez-vous toutes les légendes qui circulent sur les amphibiens que sont crapauds, grenouilles, salamandres, tritons, basilics, sirènes,... ? Et - surtout - connaissez-vous vraiment ces animaux très discrets ? A travers plusieurs dizaines d'idées fausses à "démonter" sur ces animaux, ce livre magnifiquement illustré par des photos de l'auteur invite à découvrir ces vertébrés aux confins des milieux aérien et aquatique, fascinants de diversité et particularités.
  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !

Les dernières vidéos

  • Climate Action Tracker (octobre 2020)

    Climate Action Tracker (octobre 2020)

    En novembre 2015, 197 pays se sont réunis à Paris et sont convenus de poursuivre les efforts pour circonscrire la hausse de la température sur notre planète à 1,5 degré Celsius. Le « Climate Action Tracker » surveille la progression vers les engagements de 36 pays, responsables d'environ 80% des émissions mondiales des gaz à effet de serre aujourd'hui. Les nouvelles sont mauvaises : les émissions continuent d'augmenter et ont déjà réchauffé la planète de 1,1 degré Celsius. En cause : l'ambition initiale très insuffisante et - en plus - un retard considérable par rapport à ces engagements peu ambitieux !
  • Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    87% des scientifiques pensent que les humains contribuent au changement climatique... mais seulement 50% du public ! Cela amène une question : "qu'est-ce qui définit la perception que l'on a de la science ?" Le météorologiste J. Marshall Shepherd y répond en faisant le lien avec les systèmes de croyance et préjugés. Les trois principaux : le biais de confirmation, l'effet Dunning-Kruger et la dissonance cognitive. A écouter pour comprendre comment nous déformons - tous ! - nos propres raisonnements.