Moins célèbre que le dioxyde de carbone (CO2) extrêmement néfaste pour le maintien de notre climat terrestre actuel car il agit sur de longues périodes, le méthane (CH4) n'en est pas moins un gaz à effet de serre très dévastateur.
Il se fait l'invité surprise d'une conséquence du réchauffement climatique qu'est la fonte des glaces, avec une menace encore plus importante que supposé jusque là : en se liquéfiant, les glaciers du Groenland, relachent aussi des tonnes de méthane dans l'atmosphère !


Que les glaces polaires qui fondent relachent du carbone emprisonné il y a des millénaires, on le savait depuis 2013. Mais une équipe internationale de chercheurs vient de montrer que la quantité potentiellement "relarguable" de méthane dans l'atmosphérique en cas de fonte importante va bien au-delà de ce qu'on imaginait jusqu'à présent : des glaces comme celles du Groenland sont aussi en train de relacher des tonnes de méthane (CH4) dans l'atmosphère. Et c'est là une nouvelle très inquiétante pour l'évolution du climat terrestre.

2019 03 03 41586 2018 800 Fig5 ESM Pour une étude publiée dans Nature, des scientifiques sont restés pendant trois mois sur les glaces du Groenland et ont analysé l'eau fondue sur plus de 600 km2, en temps réel. Ils ont alors constaté que du méthane provenait de la zone située en dessous de la glace pour se libérer constamment, ensuite, dans l'atmosphère.

Le réchauffement climatique, en modifiant les sols jusque là totalement gelés en surface, provoque donc aussi la libération de gaz carbonés, jusque là piégés. Et libérer ainsi du "vieux carbone" ne sera pas sans conséquences car le méthane (CH4) est le deuxième plus important gaz à effet présent dans l'atmosphère, après le CO2.

loupe lire la fiche "repère" Portrait de gaz à effet de serre : le méthane

Avec une durée de vie de 7 à 11 ans, le pouvoir de nuisance du méthane atmosphérique est, en effet, augmenté par deux faits : il contribue à produire, par réactions chimiques, de l'ozone dans la troposphère et de la vapeur d'eau dans la stratosphère, ce qui augmente le réchauffement global. A lui seul, il est responsable de 20% du réchauffement climatique du aux différents gaz à effet de serre.

Des microbes en nombres sous les glaces

L'auteur principal de la publication scientifique, Guillaume Lamarche-Gagnon, souligne que ces recherches permettent de montrer l'existence et la quantité d'organismes sub-glaciaires : ils y sont actifs et, même s'ils vivent sous des mètres de glace, ils ne font pas qu'y survivre mais peuvent aussi impacter d'autres parties de l'écosystème terrestre.

La plupart des recherches sur les sources de méthane en Arctique se concentrent sur le permafrost car ces sols gelés contiennent de grandes réserves de carbone organique qui peut se transformer en méthane lorsque les sols fondent à cause du réchauffement climatique. Cette nouvelle étude montre que les sous-sols glaciaires contenant du carbone, de l'eau liquide, des micro-organismes et très peu d'oxygène doivent aussi être considérées comme des sources potentielles majeures de méthane en cas de réchauffement.

Une étude à étendre désormais à l'Antarctique où des situations similaires méritent aussi des campagnes de mesure : il faut désormais estimer la quantité potentielle de méthane que représentent ces sources et les intégrer aux projections de concentration atmosphérique en méthane, où elles ne figurent pas encore...


Source :

weblink Greenland melt drives continuous export of methane from the ice sheet bed - Revue Nature 565 - janvier 2019

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !
  • Comprendre les plantes et les arbres

    Comprendre les plantes et les arbres

    Vous êtes vous déjà demandé comment fonctionnent les plantes et les arbres ? Vous devriez, c'est fascinant ! Et c'est justement ce que propose de découvrir ce très beau livre, richement illustré de photos et de croquis, sous forme d'un voyage "à l'intérieur des plantes".En faisant le tour de leurs différentes parties (feuilles, troncs, racines, graines, fruits,...) et de leur "co-habitation" avec l'Homme, l'univers de diversité que vous découvrirez vous passionnera d'autant plus en sachant que les plantes qui nous entourent aujourd'hui descendent toutes de simples algues apparues il y a plus de 500 millions d'années.

Les dernières vidéos

  • Climate Action Tracker (octobre 2020)

    Climate Action Tracker (octobre 2020)

    En novembre 2015, 197 pays se sont réunis à Paris et sont convenus de poursuivre les efforts pour circonscrire la hausse de la température sur notre planète à 1,5 degré Celsius. Le « Climate Action Tracker » surveille la progression vers les engagements de 36 pays, responsables d'environ 80% des émissions mondiales des gaz à effet de serre aujourd'hui. Les nouvelles sont mauvaises : les émissions continuent d'augmenter et ont déjà réchauffé la planète de 1,1 degré Celsius. En cause : l'ambition initiale très insuffisante et - en plus - un retard considérable par rapport à ces engagements peu ambitieux !
  • Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    87% des scientifiques pensent que les humains contribuent au changement climatique... mais seulement 50% du public ! Cela amène une question : "qu'est-ce qui définit la perception que l'on a de la science ?" Le météorologiste J. Marshall Shepherd y répond en faisant le lien avec les systèmes de croyance et préjugés. Les trois principaux : le biais de confirmation, l'effet Dunning-Kruger et la dissonance cognitive. A écouter pour comprendre comment nous déformons - tous ! - nos propres raisonnements.