2012 12 MM lisaLe conseil municipal de Los Angeles (USA) a récemment adopté, à l’unanimité, le lancement d'une campagne meatless monday pour encourager les habitants de la ville à réduire leur consommation de viande, en la supprimant de leur menu un jour par semaine.

Appuyée sur des outils de communication et la participation de restaurants, cette initiative est l'une des nombreuses démarches du mouvement international "lundis sans viande".

Où ? Pourquoi ? Comment ? Voici un petit tour d'horizon de ce mouvement qui veut faire réfléchir sur les impacts de l'alimentation sur l'Homme et son environnement... et compte de plus en plus de participants - individuels, restaurants et collectivités - également en France !


Petit historique...

2012 12 MM cochon tshirtLe berceau de cette campagne née en 2003 est le département de la Santé Publique de l’Université américaine Johns Hopkins à Baltimore qui voulait faire réfléchir sur les impacts d’un apport réduit en produits animaux sur l'environnement et l'homme.

La campagne "Meatless Monday" se voulait une invitation à prendre conscience de l’impact de nos choix alimentaires sur la planète et l’ensemble de ses habitants.

Elle a fait des émules sur tous les continents et s'est développée aux États-Unis mais aussi au Canada, en Angleterre, en Hollande, en Norvège, au Brésil, en Finlande, en France, en Belgique (qui, elle, a opté pour le jeudi).

Le lundi a été choisi car il semblerait qu'une habitude liée au début de la semaine soit plus suivie et plus pérenne. Le choix du lundi permettait aussi de faire un clin d'oeil aux "lundis sans viande" des Américains pendant la Première Guerre Mondiale et de se démarquer du jeûne du vendredi, pratiqué dans certaines religions.

Motivation et dissémination

Basée sur une invitation et non une obligation, la campagne puise ses racines dans différentes inspirations : l'utilité médicale vantée par les professionnels de santé qui veulent ainsi lutter contre l’obésité et le diabète, l'utilité écologique mise en avant par les scientifiques qui alertent sur le coût environnemental de la production de viande et l'utilité sociale d'une réflexion sur nos modes de vie soutenue par les individuels, les collectivités et les enseignants.

La campagne initiale Meatless Monday portée par une association new-yorkaise a essaimé et de nombreuses associations nationales ont été crées avec la traduction du dénominateur commun : lundi sans viande au Québec, un jour végétarien en France, luntiang lunes aux Philippines, Köttfri mondag en Suède, etc.

Les sites des différentes associations nationales expliquent et promeuvent ce concept qui diminuerait les risques de maladies cardiovasculaires, de cancer, de diabète,... et réduirait grandement les ponctions de l'homme sur l'environnement.
Mais ils rendent aussi l'implication plus facile en proposant des menus sans viande et des recettes originales. Plusieurs d'entre eux proposent des kits pour permettre aux intéressés d'initier ce type d'initiative autour d'eux.

2012 12 MM mobdays offRetour sur l'initiative de Los Angeles

La mesure prise par la mairie de Los Angeles n'est pas une loi mais le lancement d'une campagne à l'échelle de la ville. Elle fédère les initiatives des restaurateurs privés et publics de la commune et met à disposition des outils de réflexion.

De précédentes décisions municipales sur le thème de l'alimentation avait déjà pour but de soutenir les productions locales et les choix alimentaires durables, en interdisant par exemple la création de nouveaux fast-food dans le sud de Los Angeles.

Les municipalités de San Francisco et de Washington avaient déjà adopté en 2010 des résolutions favorables au lundi végétarien et Sodexo, grande entreprise de restauration collective, propose une option "Lundi végétarien", suivie entre autres par 900 hôpitaux depuis janvier 2011.

En Europe

2012 12 MM balance legumes cochonLa Belgique a ouvert la route des initiatives à l'échelle de la ville avec des "jeudis sans viande" à Gand : depuis 2009, les écoles, les hôpitaux, les restaurations collectives et plus d’une centaine de restaurants de la ville ne servent pas de viande une fois par semaine.
Elle a été rejointe par Eupen et Hasselt qui a adopté le jour végétarien hebdomadaire.
A Bruxelles, la campagne pour le jeudi végétarien lancée en mai 2011 bénéficie du soutien des autorités et se concrétise.

En Suisse, Lausanne a instauré la journée végétarienne hebdomadaire dans les cantines scolaires depuis la rentrée 2011.

La Suède, la Norvège, les Pays-Bas, l'Espagne, le Royaume-Uni, la Croatie ou la Slovénie ont également lancé de nombreuses initiatives.

En France

De nombreuses initiatives sont lancées par les particuliers et les collectivités françaises.
Certaines proviennent d'une démarche plus large, alliant la promotion des produits bio et locaux avec la possibilité d'opter pour un menu végétarien dans les cantines scolaires.

Il est impossible de les lister toutes mais en voici quelques-unes :
- la mairie du deuxième arrondissement de Paris a instauré le "mardi sans viande" dans les cantines scolaires en janvier 2009 ;
- les restaurants du personnel de la Ville de Paris proposent un repas végétarien chaque jour ;
- à Strasbourg et dans les communes de la Communauté Urbaine de Strasbourg d'Hoenheim, Illkirch-Graffenstaden, ... les cantines proposent un choix végétarien tous les jours ainsi qu’un repas végétarien pour tous une fois par trimestre.

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • 50 idées fausses sur les amphibiens

    50 idées fausses sur les amphibiens

    Que la grenouille n'est pas la femelle du crapaud et que celui-ci ne se transformera jamais en Prince charmant, vous le saviez vraisemblablement... Mais connaissez-vous toutes les légendes qui circulent sur les amphibiens que sont crapauds, grenouilles, salamandres, tritons, basilics, sirènes,... ? Et - surtout - connaissez-vous vraiment ces animaux très discrets ? A travers plusieurs dizaines d'idées fausses à "démonter" sur ces animaux, ce livre magnifiquement illustré par des photos de l'auteur invite à découvrir ces vertébrés aux confins des milieux aérien et aquatique, fascinants de diversité et particularités.
  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !

Les dernières vidéos

  • Climate Action Tracker (octobre 2020)

    Climate Action Tracker (octobre 2020)

    En novembre 2015, 197 pays se sont réunis à Paris et sont convenus de poursuivre les efforts pour circonscrire la hausse de la température sur notre planète à 1,5 degré Celsius. Le « Climate Action Tracker » surveille la progression vers les engagements de 36 pays, responsables d'environ 80% des émissions mondiales des gaz à effet de serre aujourd'hui. Les nouvelles sont mauvaises : les émissions continuent d'augmenter et ont déjà réchauffé la planète de 1,1 degré Celsius. En cause : l'ambition initiale très insuffisante et - en plus - un retard considérable par rapport à ces engagements peu ambitieux !
  • Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    87% des scientifiques pensent que les humains contribuent au changement climatique... mais seulement 50% du public ! Cela amène une question : "qu'est-ce qui définit la perception que l'on a de la science ?" Le météorologiste J. Marshall Shepherd y répond en faisant le lien avec les systèmes de croyance et préjugés. Les trois principaux : le biais de confirmation, l'effet Dunning-Kruger et la dissonance cognitive. A écouter pour comprendre comment nous déformons - tous ! - nos propres raisonnements.