Pour estimer le futur climat terrestre, il faut utiliser des simulations.

Que signifient les différents scénarios utilisés ?
Et pourquoi cite-t-on toujours l'année 2100 ?

Décryptage et correspondance avec les élévations moyennes de température auxquels ils correspondent.


Qui étudie l'évolution du climat ?

Le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) ou IPPC en anglais (Intergovernmental Panel on Climate Change) est une structure internationale, créée en 1988 par le Programme environnement des Nations unies (UNEP - United Nations Environment Programme) et l'Organisation mondiale du climat ( WMO - World Meteorological Organization).

Son rôle est de fournir des études scientifiques sur les effets environnementaux et socio-économiques du dérèglement climatique.

195 pays et des milliers de scientifiques participent à ces travaux, mis à disposition du public et des dirigeants qui doivent trouver des accords internationaux pour limiter la casse.

Avec quels outils ?

Les mesures (températures, énergie solaire reçue, présence de différents gaz dans l'atmosphère terrestre,...) des bases de données mondiales permettent un état des lieux, depuis le 18e siècle pour les températures, plus récemment pour certaines mesures fines.

Les scénarios RCP (Representative Concentration Pathway) sont des scénarios liés à l'évolution de la concentration en gaz à effet de serre.

Ils permettent d'estimer le climat futur selon quatre scénarios différents.

Chacun est nommé d'après l'augmentation de la puissance lumineuse reçue par la Terre pour l'année 2100, par rapport aux années 60.

- le scénario RCP2.6 suppose ainsi qu'elle aura augmenté de 2,6 W/m2, ce qui représente une diminution drastique de nos émissions actuelles.
On estime que ce scénario mène à une élévation globale moyenne de la température de 2°C

- le scénario RCP8.5 suppose ainsi qu'elle aura augmenté de 8,5 W/m2., ce qui représente une augmentation de nos émissions actuelles
On estime que ce scénario mène à une élévation globale moyenne de la température de 4°C

- deux scénarios intermédiaires RCP4.5 et RCP6 (respectivement +4,5 et +6 W/m2) représentent deux niveaux de relative stabilisation de nos émissions actuelles
On estime que ces scénarios mènent à des élévations globales moyennes de la température de 2,7°C et 3,5°C respectivement

2016 06 GIEC

Schéma adapté - source du schéma initial : 5e rapport du Giec, publié en 2013

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • 50 idées fausses sur les amphibiens

    50 idées fausses sur les amphibiens

    Que la grenouille n'est pas la femelle du crapaud et que celui-ci ne se transformera jamais en Prince charmant, vous le saviez vraisemblablement... Mais connaissez-vous toutes les légendes qui circulent sur les amphibiens que sont crapauds, grenouilles, salamandres, tritons, basilics, sirènes,... ? Et - surtout - connaissez-vous vraiment ces animaux très discrets ? A travers plusieurs dizaines d'idées fausses à "démonter" sur ces animaux, ce livre magnifiquement illustré par des photos de l'auteur invite à découvrir ces vertébrés aux confins des milieux aérien et aquatique, fascinants de diversité et particularités.
  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !

Les dernières vidéos

  • Climate Action Tracker (octobre 2020)

    Climate Action Tracker (octobre 2020)

    En novembre 2015, 197 pays se sont réunis à Paris et sont convenus de poursuivre les efforts pour circonscrire la hausse de la température sur notre planète à 1,5 degré Celsius. Le « Climate Action Tracker » surveille la progression vers les engagements de 36 pays, responsables d'environ 80% des émissions mondiales des gaz à effet de serre aujourd'hui. Les nouvelles sont mauvaises : les émissions continuent d'augmenter et ont déjà réchauffé la planète de 1,1 degré Celsius. En cause : l'ambition initiale très insuffisante et - en plus - un retard considérable par rapport à ces engagements peu ambitieux !
  • Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    87% des scientifiques pensent que les humains contribuent au changement climatique... mais seulement 50% du public ! Cela amène une question : "qu'est-ce qui définit la perception que l'on a de la science ?" Le météorologiste J. Marshall Shepherd y répond en faisant le lien avec les systèmes de croyance et préjugés. Les trois principaux : le biais de confirmation, l'effet Dunning-Kruger et la dissonance cognitive. A écouter pour comprendre comment nous déformons - tous ! - nos propres raisonnements.