2012 11 batteries 631853 pixabayEn 2010, 1 225 millions de piles et accumulateurs portables ont été mis sur le marché en France.
Ceci représente 33 398 tonnes (soit +14 % en nombre et +12 % en tonnage par rapport à 2009) dont 99% (1 068 millions) sont des piles (+13 % par rapport à 2009).

Mise sur le marché, collecte, traitement et recyclage : où en est-on ?


Mises sur le marché

Piles et accumulateurs portables (piles, piles boutons, assemblages en batterie ou accumulateurs scellés, pouvant être portés à la main et n'étant ni à usage industriel, ni à usage automobile).

Entre 2009 et 2010, les mises sur le marché :

  • des piles salines ont diminué (-16% en tonnage),
  • des piles alcalines ont augmenté (+ 9 % en tonnage),
  • des piles lithium sont restées relativement stables,
  • des piles zinc-air ont augmenté de 12% en nombre d'unités mais diminué de 32 % en tonnage (baisse des ventes de piles pour les clôtures électriques mais ventes stables des piles boutons pour matériel médical et prothèses auditives),
  • des accumulateurs Ni-MH ont augmenté de 23% en tonnage (augmentation des ventes de consoles de jeux vidéo et substitution des accumulateurs Ni-Cd par des accumulateurs Ni-MH),
  • des accumulateurs lithium augmentent fortement (+40%, 4 512 tonnes en 2010 / 3 241 en 2009), du fait des consommations de produits électroniques mobiles (MP3, appareils photos numériques, GPS, consoles de jeux…).

Piles et accumulateurs automobiles

8,3 millions de piles et accumulateurs automobiles ont été mis sur le marché en France en 2010 soit 139 817 tonnes (+3 % en unités et +11% en tonnage par rapport à 2009).
Cette augmentation est due à la prime à la casse et à un hiver 2009-2010 particulièrement rigoureux qui a accéléré la vente de batteries de rechange).

Piles et accumulateurs industriels

En 2010, 8,4 millions de piles et accumulateurs industriels ont été mis sur le marché, soit 59 488 tonnes (- 49 % en nombre et - 8 % en tonnage par rapport à 2009).
Ces baisses sont probablement dues à la crise économique pour les batteries au plomb du BTP, et au développement du secteur des énergies renouvelables pour les accumulateurs au lithium.

Collectes

222 155 tonnes de piles et accumulateurs usagés, tous types confondus, on été collectées en 2010 (+7% par rapport à 2009) :

  • +3% pour les piles et accumulateurs portables, chiffre révélateur des efforts de communication des organismes de collecte et de l'implication du grand public ; +5% pour les P&A automobiles ;
  • +29% pour les piles et accumulateurs industriels (ce qui s'explique principalement par la reprise de l'activité des filières repreneuses du plomb : la hausse du cours du plomb a impliqué une augmentation des quantités traitées et une baisse des quantités stockées).

Relativisons... Une grande partie des piles et accumulateurs mis sur le marché en France est incorporée à des produits qui finissent ensuite leur vie à l'étranger !

Traitement

La quantité totale de piles et accumulateurs traités déclarée pour 2010 par les opérateurs de traitement s'élève à 278 738 tonnes, contre 249 337 tonnes en 2009, soit une hausse de 12 %.

Recyclage

Aucun chiffre n'est donné pour 2010 car la directive européenne 2006/66/CE relative aux piles et accumulateurs et aux déchets de piles et accumulateurs s'applique mais le mode de calcul des rendements de recyclage n'était pas encore défini en 2010.

Source :
Piles et accumulateurs (données 2010) - ADEME

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).
  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.

Les dernières vidéos

  • Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff sur les risques du réchauffement climatique, en 1979 dans "les dossiers de l'écran" (archive INA).
  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr