Les cigarettes ne nuisent pas qu'à la santé des fumeurs... surtout quand les mégots finissent leur trajet près des côtes ! Et c'est souvent le cas : les mégots représentent 40% des déchets ramassés sur les plages de Méditerranée. Problème : en plus d'être des déchets plastiques néfastes aux animaux marins, les mégots ont un impact environnemental : ils acidifient l'eau de mer, y dissolvent des métaux et favorisent la présence de bactéries inhabituelles près des côtes.

Des chercheurs de l’Institut méditerranéen d'océanologie (MIO, France) et de l’Institut national des sciences et technologies de la mer (INSTM, Tunisie) ont évalué l'impact des mégots de cigarettes sur la diversité des microorganismes et la libération de métaux dans l’environnement marin en Tunisie. Ils ont publié leur résultats dans la revue "Estuarine, Coastal and Shelf Science" en août 2020.

Des déchets plastiques...

Les filtres de cigarette sont les plus courants parmi les déchets plastiques retrouvés dans l'environnement : chaque année, plus de 6 000 milliards de cigarettes sont fumées dans le monde... et les mégots ne sont pas tous jetés dans un cendrier ! On estime qu'il y a plus d’un demi-million de tonnes de mégots rejetés dans l’environnement et ils représentent jusqu’à 40 % des déchets ramassés sur les plages de Méditerranée. Or, ils sont un vrai danger quand ils sont jetés sur des plages : composés principalement de matière plastique, ils sont très faiblement biodégradables et, après avoir servi, ils contiennent de nombreux composés toxiques issus de la combustion.

... truffés de métaux

Usagés ou intacts, les filtres de cigarette modifient l'eau et le fond marin près des côtes - le sédiment côtier - car ils diminuent son pH et y dissolvent du cadmium (Cd), du molybdène (Mo) et du vanadium (V) tout en augmentant les taux de fer (Fe), de manganèse (Mn) et de zinc (Zn) dans l'eau de mer.

Pire : les filtres de cigarette ayant servis finissent par modifier la composition des bactéries présentes dans les sédiments de surface : ils provoquent une diminution de certaines bactéries (phyla Bacteroidetes et Cyanobacteria) en favorisant le développement de bactéries que l'on trouve généralement dans les profondeurs, à proximité des sites hydrothermaux sous-marins profonds appelés "fumeurs noirs" (phyla Gammaproteobacteria, Firmicutes et Thermotogae).

 


Source :

weblink Impact of cigarette butts on microbial diversity and dissolved trace metals in coastal marine sediment

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !
  • Comprendre les plantes et les arbres

    Comprendre les plantes et les arbres

    Vous êtes vous déjà demandé comment fonctionnent les plantes et les arbres ? Vous devriez, c'est fascinant ! Et c'est justement ce que propose de découvrir ce très beau livre, richement illustré de photos et de croquis, sous forme d'un voyage "à l'intérieur des plantes".En faisant le tour de leurs différentes parties (feuilles, troncs, racines, graines, fruits,...) et de leur "co-habitation" avec l'Homme, l'univers de diversité que vous découvrirez vous passionnera d'autant plus en sachant que les plantes qui nous entourent aujourd'hui descendent toutes de simples algues apparues il y a plus de 500 millions d'années.

Les dernières vidéos

  • Climate Action Tracker (octobre 2020)

    Climate Action Tracker (octobre 2020)

    En novembre 2015, 197 pays se sont réunis à Paris et sont convenus de poursuivre les efforts pour circonscrire la hausse de la température sur notre planète à 1,5 degré Celsius. Le « Climate Action Tracker » surveille la progression vers les engagements de 36 pays, responsables d'environ 80% des émissions mondiales des gaz à effet de serre aujourd'hui. Les nouvelles sont mauvaises : les émissions continuent d'augmenter et ont déjà réchauffé la planète de 1,1 degré Celsius. En cause : l'ambition initiale très insuffisante et - en plus - un retard considérable par rapport à ces engagements peu ambitieux !
  • Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    87% des scientifiques pensent que les humains contribuent au changement climatique... mais seulement 50% du public ! Cela amène une question : "qu'est-ce qui définit la perception que l'on a de la science ?" Le météorologiste J. Marshall Shepherd y répond en faisant le lien avec les systèmes de croyance et préjugés. Les trois principaux : le biais de confirmation, l'effet Dunning-Kruger et la dissonance cognitive. A écouter pour comprendre comment nous déformons - tous ! - nos propres raisonnements.