Infos sourcées - "santé globale" : environnement, biodiversité, climat, santés humaine et animale

Je suis quotidiennement les recherches qui se font sur le Covid-19 mais Noël approchant, avec sa ribambelle de craintes et contraintes dues au Covid-19, j'ai fait le point sur le fameux "les enfants ne sont pas contagieux".
Voici donc un article un peu particulier : au départ, je faisais un texte pour les membres de ma famille... mais, finalement, je partage (et complète) ici quelques infos sur le Covid-19 et les coronavirus en général.
Bonne lecture et bonnes Fêtes !

 
Pourquoi a-t-on dit que "les enfants ne sont pas contagieux" pour le Covid-19 ?

Ce fameux "les enfants ne sont pas contagieux" a été répandu d'abord au printemps : on connaissait peu ce virus qui venait de nous tomber dessus et, faute de tests, on confondait encore beaucoup "être sain" et "n'avoir pas de symptômes". Puis, récemment, il a resurgi dans les discussions, à peine mis en cause, suite à une dépêche de l'AFP de début novembre dont une partie a été reprise sans "prendre de gants" et en simplifiant de façon exagérée.

Voilà ce que l'on sait.

2020 12 14 hero 4665129 pixabayTout d'abord les enfants n'attrapent pas moins le Covid-19 (normal, ils ne sont pas hermétiques !).
Par contre, ils l'hébergent moins longtemps... parce qu'ils s'en défendent mieux.
Pourquoi ? L'hypothèse privilégiée à ce jour est qu'ils ont un système immunitaire plus neuf donc plus habitué à se défendre chaque jour contre de nouveaux virus de tous poils et, manifestement, aussi contre ce coronavirus. Mais l'effet s'estompe avec l'âge : à 3 ans et à 10 ans, ce n'est pas pareil du tout.

Conclusion ?
Statistiquement, sur la durée, les enfants sont un "moindre risque" (et ce, d'autant plus qu'ils sont jeunes) MAIS, à un temps T, tous sont potentiellement contagieux, au même titre qu'un adulte.

Pourquoi ont-ils moins de symptômes ?

Il est avéré que les enfants - à quelques exceptions près tout de même - développent moins de symptômes que les adultes quand ils sont contaminés.

2020 12 14 coronavirus 5105292 pixabayCela s'expliquerait vraisemblablement parce que le "système immunitaire neuf" des enfants a aussi une réaction différente, plus "soft", car il est habitué à rencontrer de nouveaux virus.
Et cela joue notamment au niveau de la cytokine impliquée dans la réaction du corps face au virus (les symptômes graves chez l'adulte font souvent suite à la "tempête de cytokine" qui se déclenche).

Quelles études ont été faites sur les enfants spécifiquement ?

La synthèse d'infos qui précède provient des résultats des recherches faites à ce jour et elle se base donc surtout sur des études au niveau biologique (qui commencent à être bien consolidées).

2020 12 14 graph 3033203 pixabayIl y a peu d'études statistiques sur la contagiosité des enfants car, étant asymptomatiques, c'est difficile de les repérer...
Les études sorties pour l'instant vont dans un sens ou dans l'autre car elles sont, du coup, biaisées (trop peu de cas pour une statistique fiable et/ou situations particulières et/ou en période de confinements sans scolarisation et/ou dans des pays où il y a peu d'enfants ou peu école...).

Une bonne nouvelle !

2020 12 14 mask duty 5124244 pixabayPorter le masque (à tous âges) est impératif, mais il aurait aussi un effet secondaire formidable : si on croise un malade, on inhale quand même peut-être des exemplaires de virus... mais, en nombre restreint. Ainsi, on s'expose quand même au virus, à "petite dose" et cela produirait donc un apprentissage du système immunitaire. Une chance supplémentaire que l'organisme ne déclenche pas ensuite la fameuse tempête de cytokine !

agir alert 309217 pixabay Attention, je n'écris pas d'aller voir exprès des personnes malades ou de vous exposer intentionnellement ! 

2020 12 14 forced vaccination 5291869 pixabayCet apprentissage à l'âge adulte expliquerait aussi que certaines personnes ne sont jamais tombées vraiment malades même dans un environnement manifestement infesté de Covid-19 : il est possible qu'elles avaient gardé trace d'avoir déjà rencontré d'autres coronavirus ou d'avoir croisé le Covid-19 à dose si faible que l'événement a juste servi à cet "apprentissage"...

C'est néanmoins là seulement l'une des explications possibles : on ne sait pas combien de temps dure l'immunité après avoir été malade puis guéri du Covid-19, on n'a pas d'estimation précise de la charge virale (la quantité d'exemplaires de virus initiale qui rend vraiment malade) et on ne connaît pas encore précisément l'influence des facteurs génétiques (la façon d'agir du Covid-19 est un processus particulier dans lequel certains paramètres dépendent des particularités génétiques de chacun).

Quoi ? J'ai déjà rencontré des coronavirus ??

Vraisemblablement ! Il y a des milliers de coronavirus différents, de souche initiale toujours spécifique à un animal particulier (les chauve-souris, certes, mais aussi oiseaux, lapins, chiens, chats, cochons, bovins,...).
Seuls 7 coronavirus (du genre "betacoronavirus") sont humains ou passés chez l'être humain dont 3 avec des formes graves et des pandémies : le SARS-CoV en 2002, le MERS-CoV en 2012... et le SARS-CoV-2 qu'on appelle Covid-19.

Paguma-larvata-masked-palm-civet-kaeng-krachan-national-parkLe Covid-19 est en fait un ensemble de souches humaines très similaires, toutes issues du betacoronavirus de la souche "chauve-souris" qui a transité par un deuxième animal hôte - la civette palmiste masquée et un autre, non identifié à ce jour - avant de nous arriver... Le brave pangolin - déjà menacé d'extinction - n'y est d'ailleurs vraisemblablement pour rien.

Mais cette épidémie nous force à réaliser qu'humains, animaux et respect de l'environnement sont liés. Les passages de virus entre espèces, dans les deux sens et humains inclus, risquent fort de se multiplier si on ne redonne pas aux animaux l'espace vital dont ils ont besoin, dans des écosystèmes "vivables". De plus en plus de scientifiques de tous horizons plaident pour ce "One Health" : la santé pour tous, y compris la Terre ! 

2020 12 14 pigs 4125935 pixabayPour finir : un fait aberrant

Les chercheurs et praticiens vétérinaires ont une grande expertise des coronavirus et grande habitude d'étudier et gérer les épidémies de coronavirus parmi toutes sortes d'animaux... mais ils sont totalement laissés de côté dans la gestion de la crise sanitaire.

 Soyez prudents et protégez-vous :

respectez une distanciation physique (2 mètres est idéal),
2020 12 14 sanitizers 5507635 pixabayutilisez des masques
et lavez-vous les mains !


 

Sciences participatives

Infos "repères"

Infos en cartes

Infos en vidéo

Livres

A lire ailleurs

Quelques petites astuces basse technologie pour économiser l'énergie

Reporterre a réalisé une vidéo intéressante sur quelques petites astuces low-tech (basse technologie) pour économiser l'énergie : mention spéciale au "meuble-frigo d'hiver" accessible par une fenêtre.

logo reporterreà lire sur reporterre.net

More articles [EN]

Think twice about roof racks: added items cost you as much as +25% in gas

england 150397 pixabay mini While you get ready to hit the road this summer, think twice before hitching a roof racks to your car: added items cost you as much as 25% more in gas! In US, the increasing usage of roof racks (+200% in 2040) may turn into a real concern: they already are responsible for almost 1% of fuel consumption.
Lawrence Berkeley National Laboratory researcher Alan Meier and Yuche Chen of the National Renewable Energy Laboratory have estimated the fuel consumption penalty of roof racks.

Lire la suite...

A lire ailleurs

Créer de nouvelles routes peut créer plus de bouchons

Les embouteillages sont un véritable fléau pour nos métropoles modernes. Ils ont un coût exorbitant, pour l'environnement et en temps de travail perdu. Une étude du cabinet britannique CEBR estimait qu'en 2013, en France, ce coût à 3,88 milliards d’euros. Créer de nouvelles routes ou élargir les routes existantes paraît une solution "logique" mais l’expérience a montré qu'augmenter la capacité du réseau routier peut conduire à plus d’embouteillages : c’est le fameux paradoxe de Braess.

logo breves de maths à lire sur breves-de-maths.fr