Infos sourcées - "santé globale" : environnement, biodiversité, climat, santés humaine et animale

La France s’oppose actuellement - seule - à l’interdiction au niveau européen du chalutage profond et à l’adoption d’autres mesures pour la protection des océans profonds.
Dans ces discussions visant à mettre en conformité le droit communautaire avec les mesures adoptées au niveau international pour la pêche profonde, cette "bataille" isolée et incompréhensible serait-elle livrée pour soutenir quelques intérêts financiers isolés ?


Alors que la Commission européenne a proposé l’interdiction du chalutage profond et des filets maillants de fond - méthodes de pêche les plus destructrices des grandes profondeurs océaniques déjà partiellement interdits en Europe et dans d’autres parties du monde - et que la Commission Environnement du Parlement européen s'est prononcée à 58 voix sur 59 pour l'arrêt de ces méthodes de pêche le 20 mars 2013, l'opposition - isolée - de la France rend perplexe tant elle va à l'encontre des promesses d’exemplarité environnementale prises à Rio+20 au nom de la France devant la communauté internationale par François Hollande.

Or ce soutien de la France au chalutage profond semble soutenir essentiellement soutenir quelques intérêts financiers isolés.

En effet, selon les chiffres rassemblés par Bloom 98,5% des captures d’espèces profondes sont réalisées par seulement 9 navires (soit 0,1% de la flotte française et moins de 0,5% des marins) qui réalisent également 40 à 75% de pêches complémentaires.

Mais le plus étonnant, est sans doute que 7 de ces 9 navires appartiennent à la seule flotte Intermarché, Scapêche (85% du total des captures d’espèces profondes)... qui est déficitaire et malhonnête : non publication de ses comptes, subventions publiques pour stopper la pêche profonde et construire de nouveaux navires pour cette même pêche, greenwashing... (détail des procédés et condamnations de Scapêche/Intermarché)

Pour pousser les représentants français à sortir de ce qui ressemble fort à du lobbying pour agir dans l'intérêt de tous, les initiatives se multiplient :


Rappelons qu'en 2004, la mobilisation des scientifiques pour interdire le chalutage profond en haute mer avait conduit l'ONU à adopter une série de résolutions encadrant très strictement la pêche profonde en dehors des zones de juridiction nationale et que l’Europe avait joué un rôle moteur dans leur adoption.

Il est temps de pousser la France à en faire de même dans les eaux territoriales européennes !

 

Sciences participatives

Infos "repères"

Infos en cartes

Infos en vidéo

Livres

A lire ailleurs

En Chine, 66 000 morts dans des accidents industriels en 2014

Tous les ans en Chine, de grands accidents industriels, comme celui de Tianjin, attirent l’attention des médias du monde entier sur la très mauvaise situation de la sécurité industrielle en Chine. Malgré les discours volontaristes des autorités chinoises, les acteurs de la société civile ne voient pas d'avancées réelles sur le terrain. Et les catastrophent se succèdent, dans un pays où la culture de la sécurité industrielle est inexistante.

logo novethic à lire sur novethic.fr

More articles [EN]

The wet desert

2016 11 06 the wet desert video

england 150397 pixabay mini "Somewhere here, a landscape has been lost...". In UK, landscapes such as the Highlands of Scotland, The Lake District and Dartmoor are symbols of wilderness. However, these places have been farmed, mined and inhabited by people for millennia. In hidden corners of the moor, relics of its past cling on relics that point to the bizarre fact that when humans first arrived here, these open landscapes were temperate rainforests.

2016 11 06 the wet desert video


A lire ailleurs

Le jeu trouble de Stéphane Le Foll sur les pesticides

Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, a mis tout son poids dans la balance pour que l'usage des insecticides ne baisse pas trop en France : il s’est adressé aux députés lundi, dans une lettre argumentée, pour les inciter à ne pas se prononcer en faveur d’une interdiction simple et totale. La missive, datée du 11 mars et que Le Monde s’est procurée, s’apparente à un procédé pour le moins inhabituel. Et une démarche qui va à l'encontre de ce que conseillent scientifiques et observateurs de la biodiversité.

logo lemonde frà lire sur LeMonde.fr