La France s’oppose actuellement - seule - à l’interdiction au niveau européen du chalutage profond et à l’adoption d’autres mesures pour la protection des océans profonds.
Dans ces discussions visant à mettre en conformité le droit communautaire avec les mesures adoptées au niveau international pour la pêche profonde, cette "bataille" isolée et incompréhensible serait-elle livrée pour soutenir quelques intérêts financiers isolés ?


Alors que la Commission européenne a proposé l’interdiction du chalutage profond et des filets maillants de fond - méthodes de pêche les plus destructrices des grandes profondeurs océaniques déjà partiellement interdits en Europe et dans d’autres parties du monde - et que la Commission Environnement du Parlement européen s'est prononcée à 58 voix sur 59 pour l'arrêt de ces méthodes de pêche le 20 mars 2013, l'opposition - isolée - de la France rend perplexe tant elle va à l'encontre des promesses d’exemplarité environnementale prises à Rio+20 au nom de la France devant la communauté internationale par François Hollande.

Or ce soutien de la France au chalutage profond semble soutenir essentiellement soutenir quelques intérêts financiers isolés.

En effet, selon les chiffres rassemblés par Bloom 98,5% des captures d’espèces profondes sont réalisées par seulement 9 navires (soit 0,1% de la flotte française et moins de 0,5% des marins) qui réalisent également 40 à 75% de pêches complémentaires.

Mais le plus étonnant, est sans doute que 7 de ces 9 navires appartiennent à la seule flotte Intermarché, Scapêche (85% du total des captures d’espèces profondes)... qui est déficitaire et malhonnête : non publication de ses comptes, subventions publiques pour stopper la pêche profonde et construire de nouveaux navires pour cette même pêche, greenwashing... (détail des procédés et condamnations de Scapêche/Intermarché)

Pour pousser les représentants français à sortir de ce qui ressemble fort à du lobbying pour agir dans l'intérêt de tous, les initiatives se multiplient :


Rappelons qu'en 2004, la mobilisation des scientifiques pour interdire le chalutage profond en haute mer avait conduit l'ONU à adopter une série de résolutions encadrant très strictement la pêche profonde en dehors des zones de juridiction nationale et que l’Europe avait joué un rôle moteur dans leur adoption.

Il est temps de pousser la France à en faire de même dans les eaux territoriales européennes !

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).
  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.

Les dernières vidéos

  • Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff sur les risques du réchauffement climatique, en 1979 dans "les dossiers de l'écran" (archive INA).
  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr