La France s’oppose actuellement - seule - à l’interdiction au niveau européen du chalutage profond et à l’adoption d’autres mesures pour la protection des océans profonds.
Dans ces discussions visant à mettre en conformité le droit communautaire avec les mesures adoptées au niveau international pour la pêche profonde, cette "bataille" isolée et incompréhensible serait-elle livrée pour soutenir quelques intérêts financiers isolés ?


Alors que la Commission européenne a proposé l’interdiction du chalutage profond et des filets maillants de fond - méthodes de pêche les plus destructrices des grandes profondeurs océaniques déjà partiellement interdits en Europe et dans d’autres parties du monde - et que la Commission Environnement du Parlement européen s'est prononcée à 58 voix sur 59 pour l'arrêt de ces méthodes de pêche le 20 mars 2013, l'opposition - isolée - de la France rend perplexe tant elle va à l'encontre des promesses d’exemplarité environnementale prises à Rio+20 au nom de la France devant la communauté internationale par François Hollande.

Or ce soutien de la France au chalutage profond semble soutenir essentiellement soutenir quelques intérêts financiers isolés.

En effet, selon les chiffres rassemblés par Bloom 98,5% des captures d’espèces profondes sont réalisées par seulement 9 navires (soit 0,1% de la flotte française et moins de 0,5% des marins) qui réalisent également 40 à 75% de pêches complémentaires.

Mais le plus étonnant, est sans doute que 7 de ces 9 navires appartiennent à la seule flotte Intermarché, Scapêche (85% du total des captures d’espèces profondes)... qui est déficitaire et malhonnête : non publication de ses comptes, subventions publiques pour stopper la pêche profonde et construire de nouveaux navires pour cette même pêche, greenwashing... (détail des procédés et condamnations de Scapêche/Intermarché)

Pour pousser les représentants français à sortir de ce qui ressemble fort à du lobbying pour agir dans l'intérêt de tous, les initiatives se multiplient :


Rappelons qu'en 2004, la mobilisation des scientifiques pour interdire le chalutage profond en haute mer avait conduit l'ONU à adopter une série de résolutions encadrant très strictement la pêche profonde en dehors des zones de juridiction nationale et que l’Europe avait joué un rôle moteur dans leur adoption.

Il est temps de pousser la France à en faire de même dans les eaux territoriales européennes !

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • 50 idées fausses sur les amphibiens

    50 idées fausses sur les amphibiens

    Que la grenouille n'est pas la femelle du crapaud et que celui-ci ne se transformera jamais en Prince charmant, vous le saviez vraisemblablement... Mais connaissez-vous toutes les légendes qui circulent sur les amphibiens que sont crapauds, grenouilles, salamandres, tritons, basilics, sirènes,... ? Et - surtout - connaissez-vous vraiment ces animaux très discrets ? A travers plusieurs dizaines d'idées fausses à "démonter" sur ces animaux, ce livre magnifiquement illustré par des photos de l'auteur invite à découvrir ces vertébrés aux confins des milieux aérien et aquatique, fascinants de diversité et particularités.
  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !

Les dernières vidéos

  • Climate Action Tracker (octobre 2020)

    Climate Action Tracker (octobre 2020)

    En novembre 2015, 197 pays se sont réunis à Paris et sont convenus de poursuivre les efforts pour circonscrire la hausse de la température sur notre planète à 1,5 degré Celsius. Le « Climate Action Tracker » surveille la progression vers les engagements de 36 pays, responsables d'environ 80% des émissions mondiales des gaz à effet de serre aujourd'hui. Les nouvelles sont mauvaises : les émissions continuent d'augmenter et ont déjà réchauffé la planète de 1,1 degré Celsius. En cause : l'ambition initiale très insuffisante et - en plus - un retard considérable par rapport à ces engagements peu ambitieux !
  • Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    87% des scientifiques pensent que les humains contribuent au changement climatique... mais seulement 50% du public ! Cela amène une question : "qu'est-ce qui définit la perception que l'on a de la science ?" Le météorologiste J. Marshall Shepherd y répond en faisant le lien avec les systèmes de croyance et préjugés. Les trois principaux : le biais de confirmation, l'effet Dunning-Kruger et la dissonance cognitive. A écouter pour comprendre comment nous déformons - tous ! - nos propres raisonnements.