Infos sourcées - "santé globale" : environnement, biodiversité, climat, santés humaine et animale

Pris à parti par des associations et des députés européens lors de la Conférence environnementale 2013, le Ministre délégué à la pêche Frédéric Cuvillier n'a pas dit pourquoi la France bloque actuellement l’avancée du dossier « pêche profonde » au Conseil des ministres de l’Union Européenne.
Une attitude qui laisse perplexe tant ce manque de sincérité et de courage ne profite qu'à une seule flotte de pêche éco-destructrice et déficitaire malgré de larges subventions publiques....


Lors de la Table ronde « Biodiversité marine » de la Conférence environnementale 2013, Denis Ody (directeur du programme marin du WWF) et Claire Nouvian (association Bloom pour la sauvegarde des océans) ont rappelé au Ministre délégué à la pêche que les pêches profondes sont coûteuses écologiquement (100 espèces sacrifiées pour 3 espèces commercialisées et destruction des habitats marins les plus anciens et les plus vulnérables des océans) et économiquement (elles ne sont pas rentables, malgré de larges subventions).

Réponse du Ministre délégué à la pêche ?

Aucune. Monsieur Cuvillier a botté en touche en parlant vaguement de besoin de « sanctuariser » des zones et d’avoir plus « d’expertise ».

N'a-t-il pas entendu les chercheurs réunis à Paris le 16 septembre pour plaider l’interdiction du chalutage profond ? Ils ont pourtant insisté sur le fait que les données scientifiques ne seraient jamais réunies pour les océans profonds.

N'entend-il pas Pascal Durand, secrétaire national d’EELV, lui redire que les politiques doivent cesser « le chantage à l’emploi » et avoir le courage d’arbitrer pour que l'argent public investi dans des activités destructrices soient désormais consacrées aux activités durables ?

L’attitude du Ministre face à ses interlocuteurs et son blocage sur ce dossier font douter des orientations concrètes de la France en matière environnementale. Certes, les discours sont là, mais les actes ?

"Le discrédit des politiques ne fait qu’augmenter, on pensait avoir touché le fond pourtant", commente Claire Nouvian.

Il est vrai que soutenir à coups de subventions publiques un secteur déficitaire et malhonnête qui saccage les océans au profit majoritaire d'une seule compagnie (flotte Intermarché/Scapêche) employant moins de 0,5% des marins français a un sale arrière goût !

Pour faire entendre la voix des citoyens, l'association Bloom propose une Pétition citoyenne en ligne à François Hollande.

A lire aussi : Pêche profonde : à quoi joue la France ?

 

Sciences participatives

Infos "repères"

Infos en cartes

Infos en vidéo

Livres

A lire ailleurs

Le jeu trouble de Stéphane Le Foll sur les pesticides

Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, a mis tout son poids dans la balance pour que l'usage des insecticides ne baisse pas trop en France : il s’est adressé aux députés lundi, dans une lettre argumentée, pour les inciter à ne pas se prononcer en faveur d’une interdiction simple et totale. La missive, datée du 11 mars et que Le Monde s’est procurée, s’apparente à un procédé pour le moins inhabituel. Et une démarche qui va à l'encontre de ce que conseillent scientifiques et observateurs de la biodiversité.

logo lemonde frà lire sur LeMonde.fr

More articles [EN]

Under-taxing company cars cost 150 billions Euros a year

2014 10 balance subv pollution autoengland 150397 pixabay mini Lower rates applied by governments to company cars and diesel fuel in the 27 OECD countries & South Africa were a EUR 26.8 billion of foregone tax revenues in 2012.

But under-taxing of company cars in OECD means an overall cost much higher : an additionnal cost of EUR 150 billions follow from the increase of air pollution, carbon emissions, traffic congestions, road accidents and health ailments (EUR 116 billions additionnal annual cost).

Lire la suite...