Pris à parti par des associations et des députés européens lors de la Conférence environnementale 2013, le Ministre délégué à la pêche Frédéric Cuvillier n'a pas dit pourquoi la France bloque actuellement l’avancée du dossier « pêche profonde » au Conseil des ministres de l’Union Européenne.
Une attitude qui laisse perplexe tant ce manque de sincérité et de courage ne profite qu'à une seule flotte de pêche éco-destructrice et déficitaire malgré de larges subventions publiques....


Lors de la Table ronde « Biodiversité marine » de la Conférence environnementale 2013, Denis Ody (directeur du programme marin du WWF) et Claire Nouvian (association Bloom pour la sauvegarde des océans) ont rappelé au Ministre délégué à la pêche que les pêches profondes sont coûteuses écologiquement (100 espèces sacrifiées pour 3 espèces commercialisées et destruction des habitats marins les plus anciens et les plus vulnérables des océans) et économiquement (elles ne sont pas rentables, malgré de larges subventions).

Réponse du Ministre délégué à la pêche ?

Aucune. Monsieur Cuvillier a botté en touche en parlant vaguement de besoin de « sanctuariser » des zones et d’avoir plus « d’expertise ».

N'a-t-il pas entendu les chercheurs réunis à Paris le 16 septembre pour plaider l’interdiction du chalutage profond ? Ils ont pourtant insisté sur le fait que les données scientifiques ne seraient jamais réunies pour les océans profonds.

N'entend-il pas Pascal Durand, secrétaire national d’EELV, lui redire que les politiques doivent cesser « le chantage à l’emploi » et avoir le courage d’arbitrer pour que l'argent public investi dans des activités destructrices soient désormais consacrées aux activités durables ?

L’attitude du Ministre face à ses interlocuteurs et son blocage sur ce dossier font douter des orientations concrètes de la France en matière environnementale. Certes, les discours sont là, mais les actes ?

"Le discrédit des politiques ne fait qu’augmenter, on pensait avoir touché le fond pourtant", commente Claire Nouvian.

Il est vrai que soutenir à coups de subventions publiques un secteur déficitaire et malhonnête qui saccage les océans au profit majoritaire d'une seule compagnie (flotte Intermarché/Scapêche) employant moins de 0,5% des marins français a un sale arrière goût !

Pour faire entendre la voix des citoyens, l'association Bloom propose une Pétition citoyenne en ligne à François Hollande.

A lire aussi : Pêche profonde : à quoi joue la France ?

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).
  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.

Les dernières vidéos

  • Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff sur les risques du réchauffement climatique, en 1979 dans "les dossiers de l'écran" (archive INA).
  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr