Pris à parti par des associations et des députés européens lors de la Conférence environnementale 2013, le Ministre délégué à la pêche Frédéric Cuvillier n'a pas dit pourquoi la France bloque actuellement l’avancée du dossier « pêche profonde » au Conseil des ministres de l’Union Européenne.
Une attitude qui laisse perplexe tant ce manque de sincérité et de courage ne profite qu'à une seule flotte de pêche éco-destructrice et déficitaire malgré de larges subventions publiques....


Lors de la Table ronde « Biodiversité marine » de la Conférence environnementale 2013, Denis Ody (directeur du programme marin du WWF) et Claire Nouvian (association Bloom pour la sauvegarde des océans) ont rappelé au Ministre délégué à la pêche que les pêches profondes sont coûteuses écologiquement (100 espèces sacrifiées pour 3 espèces commercialisées et destruction des habitats marins les plus anciens et les plus vulnérables des océans) et économiquement (elles ne sont pas rentables, malgré de larges subventions).

Réponse du Ministre délégué à la pêche ?

Aucune. Monsieur Cuvillier a botté en touche en parlant vaguement de besoin de « sanctuariser » des zones et d’avoir plus « d’expertise ».

N'a-t-il pas entendu les chercheurs réunis à Paris le 16 septembre pour plaider l’interdiction du chalutage profond ? Ils ont pourtant insisté sur le fait que les données scientifiques ne seraient jamais réunies pour les océans profonds.

N'entend-il pas Pascal Durand, secrétaire national d’EELV, lui redire que les politiques doivent cesser « le chantage à l’emploi » et avoir le courage d’arbitrer pour que l'argent public investi dans des activités destructrices soient désormais consacrées aux activités durables ?

L’attitude du Ministre face à ses interlocuteurs et son blocage sur ce dossier font douter des orientations concrètes de la France en matière environnementale. Certes, les discours sont là, mais les actes ?

"Le discrédit des politiques ne fait qu’augmenter, on pensait avoir touché le fond pourtant", commente Claire Nouvian.

Il est vrai que soutenir à coups de subventions publiques un secteur déficitaire et malhonnête qui saccage les océans au profit majoritaire d'une seule compagnie (flotte Intermarché/Scapêche) employant moins de 0,5% des marins français a un sale arrière goût !

Pour faire entendre la voix des citoyens, l'association Bloom propose une Pétition citoyenne en ligne à François Hollande.

A lire aussi : Pêche profonde : à quoi joue la France ?

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !
  • Comprendre les plantes et les arbres

    Comprendre les plantes et les arbres

    Vous êtes vous déjà demandé comment fonctionnent les plantes et les arbres ? Vous devriez, c'est fascinant ! Et c'est justement ce que propose de découvrir ce très beau livre, richement illustré de photos et de croquis, sous forme d'un voyage "à l'intérieur des plantes".En faisant le tour de leurs différentes parties (feuilles, troncs, racines, graines, fruits,...) et de leur "co-habitation" avec l'Homme, l'univers de diversité que vous découvrirez vous passionnera d'autant plus en sachant que les plantes qui nous entourent aujourd'hui descendent toutes de simples algues apparues il y a plus de 500 millions d'années.

Les dernières vidéos

  • Climate Action Tracker (octobre 2020)

    Climate Action Tracker (octobre 2020)

    En novembre 2015, 197 pays se sont réunis à Paris et sont convenus de poursuivre les efforts pour circonscrire la hausse de la température sur notre planète à 1,5 degré Celsius. Le « Climate Action Tracker » surveille la progression vers les engagements de 36 pays, responsables d'environ 80% des émissions mondiales des gaz à effet de serre aujourd'hui. Les nouvelles sont mauvaises : les émissions continuent d'augmenter et ont déjà réchauffé la planète de 1,1 degré Celsius. En cause : l'ambition initiale très insuffisante et - en plus - un retard considérable par rapport à ces engagements peu ambitieux !
  • Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    Trois biais qui façonnent notre vision du monde

    87% des scientifiques pensent que les humains contribuent au changement climatique... mais seulement 50% du public ! Cela amène une question : "qu'est-ce qui définit la perception que l'on a de la science ?" Le météorologiste J. Marshall Shepherd y répond en faisant le lien avec les systèmes de croyance et préjugés. Les trois principaux : le biais de confirmation, l'effet Dunning-Kruger et la dissonance cognitive. A écouter pour comprendre comment nous déformons - tous ! - nos propres raisonnements.