Infos sourcées - "santé globale" : environnement, biodiversité, climat, santés humaine et animale

Début février, les Députés ont rejeté la loi interdisant le chalutage profond, extrêmement destructeur. Soit. Mais ils l'ont fait sur la base de chiffres totalement faux sur l’état de santé des stocks de poissons, fournis le secrétaire d'état de la Mer et de la Pêche, Alain Vidalies : ce n'est pas 70% des espèces qui sont "à l'équilibre" mais 18%... Espérons que les Sénateurs qui étudieront cette loi fin mars soient mieux renseignés et s'inquiètent d'une telle désinformation !


2016 03 16 desinformation peche Au cours du débat sur la proposition de loi « économie bleue » à l’Assemblée nationale (2 et 3 février 2016), Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, et d'autres parlementaires ont avancé des chiffres totalement faux sur l’état de santé des stocks de poissons.
« Nous sommes aujourd’hui avec 70% des espèces qui sont au rendement maximum durable » (Alain Vidalies) et « on est à l’équilibre dans 75% des espèces » (Philippe Le Ray - Les Républicains).

La réalité est bien plus inquiétante : seulement 18% des stocks de poissons européens sont pêchés à une intensité qui pourrait permettre d’atteindre l’objectif de « rendement maximum durable » à terme. Et impossible d'évaluer combien de stocks sont déjà pêchés de façon durable avec certitude : les informations permettant de faire ces calculs ne sont pas publiés par le CIEM.

Mais ce sont sur ces fausses informations que des mesures importantes pour restaurer les populations de poissons dans les eaux européennes et interdire la méthode de pêche la plus destructrice de toutes, le chalutage profond, ont été rejetées.

2016-03-16-RMD.png

L’indicateur « FRMD » correspond à l’effort de pêche optimal qui permet d’obtenir, à terme, le maximum de captures de poissons années après années (le fameux « rendement maximum durable »). Avoir un « effort de pêche durable » ne signifie donc certainement pas que la pêcherie est déjà durable.

La proposition de loi « économie bleue » est discutée au Sénat les 10, 23 et 24 mars 2016 : espérons que les sénateurs s’inquièteront de la qualité des informations qui leur sont communiquées.


Source : Bloom

A lire aussi : Pêche profonde : à quoi joue la France ?

Sciences participatives

Infos "repères"

Infos en cartes

Infos en vidéo

Livres

A lire ailleurs

Travail domestique en France : 33% du PIB pour 160% du travail rémunéré ?

Cela ne vous surprend pas, vous, un travail qui représente 160 % du temps total de travail rémunéré et qui n’est évalué qu’à 33 % du PIB ? Cet écart inouï entre les 33 % et les 160 % laisse entendre qu’une heure de travail domestique produit en moyenne une « valeur » près de 5 fois moindre qu’une heure de travail rémunéré dans la « vraie » économie.

logo blog jean gadrey AEà lire sur le blog de Jean Gadré (Alternatives économiques)

More articles [EN]

Under-taxing company cars cost 150 billions Euros a year

2014 10 balance subv pollution autoengland 150397 pixabay mini Lower rates applied by governments to company cars and diesel fuel in the 27 OECD countries & South Africa were a EUR 26.8 billion of foregone tax revenues in 2012.

But under-taxing of company cars in OECD means an overall cost much higher : an additionnal cost of EUR 150 billions follow from the increase of air pollution, carbon emissions, traffic congestions, road accidents and health ailments (EUR 116 billions additionnal annual cost).

Lire la suite...

A lire ailleurs

« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr