Infos sourcées - "santé globale" : environnement, biodiversité, climat, santés humaine et animale

L'épandage aérien est déjà théoriquement interdit en France - suite à une directive européenne - depuis 2009, mais des dérogations restaient possibles.

Et les dérogations accordées continuaient de faire débat... et de provoquer des incidents à l'abord des champs ainsi traités.

Il fallait trancher. C'est fait !


Le 6 mai 2014, le Conseil d'Etat, saisi par des associations environnementales guadeloupéennes, a suspendu toutes les dérogations sur le sol français.

Mais cela n'a empêché ni l'incident dans une école en Gironde quelques jours plus tard (l'épandage d'un fongicide sur des vignes à proximité avait provoqué des malaises parmi des élèves et une enseignante) ni une note de la Direction générale de l'alimentation (DGAL) le 20 mai, spécifiant que toutes les dérogations accordées avant le 6 mai restaient valables.

Il fallait trancher. C'est fait ! Après promesse d'agir le 27 mai 2014 et une consultation du public qui a recueilli près de 18 000 contributions, l'arrêté interdisant purement et simplement l'épandage aérien de pesticides a été publié au Journal officiel le 19 septembre 2014.

Certaines cultures (productions de riz en Camargue et certains vignobles) pourront néanmoins déposer une ultime demande de dérogation (temporaire et surveillée) avant le 31 mars 2015.

En s'engageant à ne plus épandre de pesticides par avion, les producteurs de bananes martiniquais sont les premiers bananiers au monde à y renoncer !

Sources
Arrêté du 15 septembre 2014 relatif aux conditions d'épandage par voie aérienne des produits mentionnés à l'article - L. 253-8 du code rural et de la pêche maritime

Ordonnance du Conseil d'Etat du 6 mai 2014

Consultation - Projet d’arrêté relatif au relatif aux conditions d’épandage par voie aérienne des produits mentionnés à l’article L. 253-8 du code rural et de la pêche maritime

Sciences participatives

Infos "repères"

Infos en cartes

Infos en vidéo

Livres

A lire ailleurs

L'échec des grandes centrales de biomasse

Un rapport publié en décembre 2012 disqualifie la politique énergétique misant sur la biomasse forestière pour produire de l'électricité. Incapables de mobiliser de nouvelles ressources en bois-énergie, les grandes centrales à biomasse fragilisent les filières existantes. Le rapport pointe en revanche le succès des filières locales.

logo novethic à lire sur novethic.fr

More articles [EN]

Think twice about roof racks: added items cost you as much as +25% in gas

england 150397 pixabay mini While you get ready to hit the road this summer, think twice before hitching a roof racks to your car: added items cost you as much as 25% more in gas! In US, the increasing usage of roof racks (+200% in 2040) may turn into a real concern: they already are responsible for almost 1% of fuel consumption.
Lawrence Berkeley National Laboratory researcher Alan Meier and Yuche Chen of the National Renewable Energy Laboratory have estimated the fuel consumption penalty of roof racks.

Lire la suite...

A lire ailleurs

Allemagne : indigestion générale due aux élevages de porcs

36 000. C’est le nombre de cochons que l’investisseur néerlandais Harry van Gennip veut élever dans un ancien kolkhoze situé dans l’ex-RDA. Loin d’être un précédent, ce projet d’étable géante vient s’ajouter aux nombreuses fermes industrielles d’élevage de porcs et de volailles qui ont déjà vu le jour en Allemagne. La méga-étable de trop ? L’exaspération enfle dans le pays et nourrit un mouvement de contestation fédéré autour d’un mot d’ordre : "On en a ras le bol".

logo novethic à lire sur novethic.fr