L'épandage aérien est déjà théoriquement interdit en France - suite à une directive européenne - depuis 2009, mais des dérogations restaient possibles.

Et les dérogations accordées continuaient de faire débat... et de provoquer des incidents à l'abord des champs ainsi traités.

Il fallait trancher. C'est fait !


Le 6 mai 2014, le Conseil d'Etat, saisi par des associations environnementales guadeloupéennes, a suspendu toutes les dérogations sur le sol français.

Mais cela n'a empêché ni l'incident dans une école en Gironde quelques jours plus tard (l'épandage d'un fongicide sur des vignes à proximité avait provoqué des malaises parmi des élèves et une enseignante) ni une note de la Direction générale de l'alimentation (DGAL) le 20 mai, spécifiant que toutes les dérogations accordées avant le 6 mai restaient valables.

Il fallait trancher. C'est fait ! Après promesse d'agir le 27 mai 2014 et une consultation du public qui a recueilli près de 18 000 contributions, l'arrêté interdisant purement et simplement l'épandage aérien de pesticides a été publié au Journal officiel le 19 septembre 2014.

Certaines cultures (productions de riz en Camargue et certains vignobles) pourront néanmoins déposer une ultime demande de dérogation (temporaire et surveillée) avant le 31 mars 2015.

En s'engageant à ne plus épandre de pesticides par avion, les producteurs de bananes martiniquais sont les premiers bananiers au monde à y renoncer !

Sources
Arrêté du 15 septembre 2014 relatif aux conditions d'épandage par voie aérienne des produits mentionnés à l'article - L. 253-8 du code rural et de la pêche maritime

Ordonnance du Conseil d'Etat du 6 mai 2014

Consultation - Projet d’arrêté relatif au relatif aux conditions d’épandage par voie aérienne des produits mentionnés à l’article L. 253-8 du code rural et de la pêche maritime

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).
  • Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Ces animaux qui font l’Histoire, 50 aventures d'animaux célèbres

    Un cheval qui sait compter, des lions qui freinent l’avancée de la colonisation, un couple d’éléphants qui devient le symbole de l’amour idéal, un poulpe dont la mort fait la Une des journaux du monde entier... autant d’histoires vraies d’animaux célèbres qui ont marqué leur époque... Ces 50 histoires d’animaux célèbres - présentées par ordre chrologique - nous racontent aussi pourquoi chaque être vivant est particulier. Il n’y aura jamais qu’un seul Tilikum, Ourasi ou Knut. Chacun d’eux est unique et, à sa manière, a écrit ou écrit encore l’histoire, notre histoire.

Les dernières vidéos

  • Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff sur les risques du réchauffement climatique, en 1979 dans "les dossiers de l'écran" (archive INA).
  • Diesel, le scandale de la santé publique

    Diesel, le scandale de la santé publique

    Pourquoi le diesel reste plus toxique que l’essence ? Le diesel est-il vraiment moins émetteur de gaz à effet de serre ?Interview du docteur Thomas Bourdrel (membre du collectif “Strasbourg Respire”) par Elisabeth Martichoux. "Diesel, le scandale de la santé publique" (émission "état de santé" de La Chaîne Parlementaire - LCP - du 25 novembre 2017)retranscription disponible ici
« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr