2012 02 refuel 1629074 pixabayEn France, depuis 2005, tous les hydrocarbures pour la circulation automobile (gazole et essence) sont distribués après mélange avec des biocarburants.

Dans un plein de 50 litres, cette pratique induit un surcoût de 2,3 € pour l'essence et 0,6 € pour le biodiesel.

Vous le saviez ? Les détails sont là.


Le mélange consiste à ajouter du biodiesel (issu de colza ou tournesol) au gazole et du bioéthanol (issu de betteraves ou céréales) à l'essence.

Or, d'une part la densité énergétique des biocarburants est moindre (il faut plus de carburant pour parcourir la même distance) et d'autre part, le prix de production plus élevé des biocarburants est répercuté à la pompe.

Entre 2005 et 2010, les consommateurs ont déboursé près de 3 milliards d'euros pour les biocarburants et la filière a reçu 2,25 milliards d'euros d'aide pour 18 000 emplois directs et indirects générés (selon les professionnels).

Les biocarburants représentent moins de 5% de la consommation de carburant. Leur expansion est limitée pour ne pas empiéter sur la surface agricole (6% en 2011).

"L'automobiliste sait-il que le gazole qu'il utilise dans sa voiture contient très certainement du biodiesel ? Que leur présence réduit le nombre de kilomètres qu'il peut parcourir (...) ?" , a demandé Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes, lors de la présentation du rapport.

Source 
Rapport "La politique d'aide aux biocarburants de la Cour des Comptes" - Janvier 2012


A lire aussi : Contenus énergétiques massique et volumique de différents biocarburants et hydrocarbures


 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • Comprendre les plantes et les arbres

    Comprendre les plantes et les arbres

    Vous êtes vous déjà demandé comment fonctionnent les plantes et les arbres ? Vous devriez, c'est fascinant ! Et c'est justement ce que propose de découvrir ce très beau livre, richement illustré de photos et de croquis, sous forme d'un voyage "à l'intérieur des plantes".En faisant le tour de leurs différentes parties (feuilles, troncs, racines, graines, fruits,...) et de leur "co-habitation" avec l'Homme, l'univers de diversité que vous découvrirez vous passionnera d'autant plus en sachant que les plantes qui nous entourent aujourd'hui descendent toutes de simples algues apparues il y a plus de 500 millions d'années.
  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).

Les dernières vidéos

  • Réchauffement climatique : mai 2019 affiche +1,2°C

    Réchauffement climatique : mai 2019 affiche +1,2°C

    Mai 2019 a été globalement l'un des trois mois de mai les plus chauds depuis 1979, avec +1,2 °C par rapport à l'ère pré-industrielle. En mai 2019 : cyclone Fani, inondations et bourrasques de vent en Europe,... les intempéries anormales font partie des effets du réchauffement climatique(source Copernicus)
  • Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff sur les risques du réchauffement climatique, en 1979 dans "les dossiers de l'écran" (archive INA).
« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr